Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bioéthique : coup d'envoi de 6 mois de débats

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal-Casamance, toutes les autorisations de coupe de bois suspendues

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : sur le tapis rouge du dernier film de Spielberg, "Pentagon Papers"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

FOCUS

Moyen-Orient : enquête sur le phénomène galopant des tempêtes de sable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sommet franco-britannique : la "diplomatie du tapis"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

Asie - pacifique

Kevin Rudd prend la tête du gouvernement australien à la place de Julia Gillard

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/06/2013

Kevin Rudd, 55 ans, est redevenu Premier ministre d'Australie, jeudi matin, au lendemain d'un vote au sein du Parti travailliste qui a écarté Julia Gillard de la tête du gouvernement. Six ministres ont démissionné.

Kevin Rudd est redevenu officiellement, jeudi 27 juin au matin, Premier ministre d'Australie. Il remplace Julia Gillard, mise en minorité la veille lors d'un vote de confiance au sein du Parti travailliste, quasiment trois ans jour pour jour après qu'elle eût délogé Kevin Rudd de ces mêmes fonctions.

"Je ferai du mieux que je peux", a déclaré le nouveau chef de gouvernement après avoir été nommé à son poste par le gouverneur général Quentin Bryce, à Canberra, la capitale administrative du pays.

Kevin Rudd, qui a aussi pris la tête du Parti travailliste, devra conduire sa formation aux élections parlementaires prévues le 14 septembre, et qui s'annoncent difficiles pour le parti au pouvoir selon tous les sondages.

Gillard quitte la politique

Six ministres de premier plan, dont le Trésorier du gouvernement, Wayne Swan, qui soutenaient l'ancienne Premier ministre, ont démissionné. Julia Gillard, 51 ans, a annoncé qu'elle quittait la politique.

Kevin Rudd, 55 ans, a dirigé le pays entre 2007 et 2010. Il était parvenu à amener les travaillistes au pouvoir après 11 ans de gouvernement conservateur et jouissait alors d'une bonne cote. Mais ses maladresses, son autoritarisme, voire sa mégalomanie selon des collègues travaillistes, avaient provoqué un putsch interne au parti.

Remplacé à l'été 2010 par Julia Gillard, il était devenu son ministre des Affaires étrangères, avant de démissionner après avoir convoqué un premier vote de confiance à son encontre en février 2012.

Vers un avancement des élections ? 

Gillard, première femme Premier ministre de l'histoire de l'Australie, n'est jamais parvenue à être populaire et les sondages la donnaient perdante le 14 septembre. Kevin Rudd sait mieux séduire les électeurs, là encore selon les sondages, et son arrivée à la tête du parti et du gouvernement pourrait donner une impulsion aux travaillistes.

Les analystes prévoient que Kevin Rudd va avancer la date des élections au 24 août, afin de profiter de l'impulsion actuelle. Anthony Albanese, ministre des Transports dans le gouvernement Gillard et nommé jeudi vice-Premier ministre, a indiqué qu'il fallait en "discuter avec attention".

Rudd pourrait dès ce jeudi devoir se lancer dans l'arène, si l'opposition conservatrice, menée par Tony Abbott, présente une motion de défiance. Le gouvernement travailliste ne dispose pas de la majorité absolue au parlement.

Avec dépêches

Première publication : 27/06/2013

  • AUSTRALIE

    Le Premier ministre australien maintenu à la tête du Parti travailliste

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Démission du chef de la diplomatie australienne sur fond de rivalités avec son Premier ministre

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Désavouée par son parti, le Premier ministre Julia Gillard poussée à la démission

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)