Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

Moyen-orient

L’opposition ne veut pas de la "réconciliation nationale" prônée par Morsi

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/06/2013

Dans un discours prononcé mercredi soir, le président égyptien Mohamed Morsi a proposé de créer une commission ouverte à toute la classe politique pour amender la Constitution. Mais l'opposition se dit toujours déterminée à manifester dimanche.

Le président égyptien, Mohamed Morsi, a tendu la main à ses adversaires politiques lors d'un discours qui a duré plus de deux heures mercredi 26 juin. Dans un contexte de vives tensions - au moins une personne a trouvé la mort dans des heurts entre pro et anti-Morsi avant son intervention -, le chef de l'État a proposé la formation d'une commission qui regrouperait l'ensemble de la classe politique et aurait pour mission d'amender la Constitution. Celle-ci a été adoptée par référendum en décembre dernier, avec le soutien des islamistes, mais nombreux sont ceux qui la jugent tendancieuse et hostile à l'opposition.

"Même les Frères musulmans ne pourront pas réunir les deux tiers des députés"



Le président égyptien a reconnu avoir commis des erreurs, mais il a également accusé sans les nommer des "ennemis de l'Égypte" coupables à ses yeux de vouloir saboter le système démocratique issu de la révolution de 2011. "Je suis devant vous non comme détenteur d'une charge, mais en tant que citoyen égyptien qui est inquiet pour son pays", a-t-il déclaré avant d'indiquer qu'il ferait prochaînement le bilan de la première année de sa présidence.

Le chef de l'État égyptien a également estimé que l'affrontement politique actuel menaçait la démocratie et risquait de plonger le pays dans le chaos. En guise de conclusion, il a tendu un rameau d'olivier à l'opposition et parlé de "réconciliation nationale".

L'opposition réclame des élections anticipées

À la suite de l'intervention présidentielle, l'opposition a réitéré son appel à manifester le 30 juin, jour du premier anniversaire de la prise de fonction de Mohamed Morsi. "Notre revendication était une élection présidentielle anticipée et comme cela n'a été nullement mentionnée dans le discours, notre réponse sera dans la rue le 30 juin", a déclaré Mahmoud Badr, journaliste de 28 ans qui a lancé la campagne pour manifester ce jour-là. Badr assure que la pétition qu'il a lancée pour faire partir Morsi, sous le slogan "Tamarod !" (Rebelle), a réuni 15 millions de signatures en deux mois. "J'ai honte que cet homme soit devenu président de mon pays", a-t-il continué.

Khaled Dawoud, porte-parole de la coalition des partis libéraux, qui soutient également la pétition, a estimé que l'appel de Morsi à la coopération n'était pas nouveau et qu'il ne devait donc pas être pris au sérieux. "Je suis plus résolu que jamais à manifester le 30 juin pour exiger le départ d'un président totalement irresponsable", a-t-il dit.

Selon plusieurs observateurs, l'Égypte est au bord d'une nouvelle éruption de l'ampleur de celle qui avait fait chuter Hosni Moubarak en février 2011, en raison d'une combinaison explosive de polarisation politique exacerbée et de crise économique chaque jour plus pesante.

Première publication : 27/06/2013

  • ÉGYPTE

    Pro et anti-Morsi s'affrontent : au moins un mort et 237 blessés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les islamistes manifestent pour soutenir Morsi et "sauver la révolution"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Bassem Youssef, le plus populaire des Égyptiens, ne se taira pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)