Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Afrique

Obama ne se rendra pas au chevet de Mandela mais rencontrera sa famille

© AFP

Vidéo par Caroline DUMAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/06/2013

Le président américain Barack Obama, attendu en Afrique du Sud, ne rendra pas visite à Nelson Mandela, hospitalisé depuis près de trois semaines. Accompagné de sa femme, il devrait toutefois rencontrer des membres de la famille de "Madiba".

Manifestation anti-Obama à Prétoria

En visite en Afrique du Sud, le président américain Barack Obama ne se rendra pas au chevet de Nelson Mandela, toujours dans un état critique. Le couple Obama doit toutefois rencontrer des membres de la famille de l'ancien président sud-africain en privé, indique un responsable américain. "Par égard pour la paix et le confort de Nelson Mandela, et pour les souhaits de sa famille, [le président et son épouse] n'iront pas à l'hôpital", a précisé, à l'AFP samedi 29 juin, ce haut fonctionnaire sous couvert d'anonymat. Le couple présidentiel doit "rencontrer en privé des membres de la famille Mandela pour leur présenter leurs vœux et leurs prières en ce moment difficile", a-t-il ajouté.

Avant même d'atterrir à Pretoria vendredi soir, Barack Obama avait déclaré "ne pas avoir besoin d'une photo avec [Mandela]". "La dernière chose que je veux faire, c'est être indiscret à un moment où la famille est inquiète", avait-il poursuivi. Barack Obama a rencontré le héros de la lutte anti-apartheid en 2005, alors qu'il était jeune sénateur. Ils se sont depuis parlé à plusieurs reprises au téléphone.

L'héritage de Mandela au premier plan


En Afrique du Sud, "le président va parler de l'héritage de Nelson Mandela, et cela va occuper une grande part de notre temps en Afrique du Sud", a déclaré le conseiller adjoint à la sécurité américain Ben Rhodes. Barack Obama doit notamment rencontrer son homologue Jacob Zuma à Pretoria et visiter la célèbre township de Soweto samedi, avant de se rendre au Cap dimanche.

Le président américain doit se recueillir ensuite à l'île-bagne de Robben Island, où Nelson Mandela a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles de l'apartheid. Il s'agit d'une nouvelle étape symbolique pour le président américain, qui a déjà fait une halte remarquée jeudi sur l'île de Gorée, grand lieu de mémoire de la traite des Noirs au large de Dakar.

Manifestations

Mais Barack Obama doit aussi s'attendre à des manifestations. Des militants pro-Palestiniens, des opposants à l'usage de drones par l'armée américaine, des militants du Parti communiste sud-africain et des syndicalistes en effet prévu de protester au cours la visite du président américain.

Une cinquantaine d'étudiants musulmans se sont ainsi rassemblés dès vendredi après-midi devant l'ambassade américaine - non loin de l'hôpital où est soigné Nelson Mandela -, pour une prière de protestation. "Nous sommes ici pour protester contre la venue de M. Barack Hussein Obama. En tant qu'individus épris de liberté, nous n'avons pas de problème avec M. Barack Obama, mais nous avons un problème avec le président Barack Hussein Obama" et la "politique étrangère brutale" de son gouvernement, a expliqué l'imam Syed Sayeed.

Ils ont été rejoints par quelques dizaines de militants de la Cosatu, la grande confédération syndicale proche du pouvoir sud-africain, criant "l'impérialisme américain ça suffit, le capitalisme ça suffit". Nombre d'entre eux portaient des tee-shirts où était écrit "Non, Obama, vous ne pouvez pas emprisonner sans procès", en référence à la prison de Guantanamo.

Avec dépêches

Première publication : 28/06/2013

  • DIPLOMATIE

    Obama en Afrique : un moyen de contrecarrer l'influence chinoise ?

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Reportage: "Grâce à Mandela, mes enfants savent lire et écrire"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    "Mandela est une source d'inspiration pour nous les Blancs"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)