Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Sports

Décès du marathonien français Alain Mimoun

© AFP | Alain Mimoun, chez lui en décembre 2010

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2013

La légende de l'athlétisme français Alain Mimoun est décédé jeudi soir à l'âge de 92 ans. Il a marqué l'histoire de son sport grâce à sa victoire au marathon des Jeux olympiques de Melbourne en 1956.

Alain Mimoun, légende de l'athlétisme français, est décédé jeudi soir à l'âge de 92 ans, a-t-on appris vendredi auprès de la Fédération française d'athlétisme.

Mimoun a marqué l'histoire de son sport grâce à sa victoire au marathon des jeux Olympiques de Melbourne en 1956, où il avait notamment dominé le Tchèque Emil Zatopek.

Né le 1er janvier 1921 à El Telagh, en Algérie, Ali Mimoun Ould Kacha avait découvert la course à pied lors de son service militaire effectué chez les tirailleurs algériens.

Sous le feu des canons allemands en 1944 à Monte Cassino (Italie), sa jambe gauche martyrisée par plusieurs éclats d'obus fut sauvée par un chirurgien inspiré.

En 1947, à 26 ans, il remporte le premier de 33 titres nationaux. Un an plus tard, aux Jeux de Londres, il se classe deuxième du 10.000 m derrière Zatopek. En 1952, aux JO d'Helsinki, il doit encore se contenter de médailles d'argent, sur 5000 et 10.000 m.

Il atteindra finalement la consécration suprême à 35 ans, à Melbourne, avec son titre sur le marathon.
 

AFP

Première publication : 28/06/2013

  • MARATHON

    Marathon de Cisjordanie : une course pour la liberté de mouvement

    En savoir plus

  • MAROC

    Le Marathon des Sables, une épreuve qui change les hommes

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    JO-2020 : "Le mieux pour Paris, c'est de soutenir Tokyo"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)