Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Des polémiques françaises : Valls chante Marianne aux seins nus, Macron quitte Bercy

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

EUROPE

Feu vert de l'UE pour ouvrir des négociations d'adhésion avec la Serbie

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2013

Le Conseil européen a donné son accord à l'ouverture de négociations, d'ici janvier, pour l'adhésion de Belgrade à l'Union européenne. La normalisation des relations entre le Serbie et le Kosovo n'est pas étrangère à cette ouverture.

Les dirigeants de l'UE ont donné leur feu vert vendredi à l'ouverture de négociations d'adhésion avec la Serbie "d'ici janvier au plus tard", a-t-on appris de source diplomatique.

"Le Conseil a décidé d'ouvrir les négociations d'adhésion avec la Serbie d'ici janvier au plus tard", a indiqué un diplomate européen s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

La Serbie, candidate à l'adhésion depuis mars 2012, se voit ainsi récompenser de ses efforts en vue de normaliser ses relations avec son ancienne province du Kosovo.

Belgrade et Pristina ont signé le 19 avril, sous l'égide de l'UE, un accord, présenté comme "historique", de normalisation de leurs relations après des mois de difficiles négociations.

La mise en oeuvre de cet accord représente un défi pour Belgrade car il est fortement critiqué par une bonne partie des 40.000 Serbes vivant dans le nord du Kosovo, une région adossée à la Serbie qui échappe pratiquement au contrôle de Pristina.

Il accorde une forte autonomie à cette région, notamment en matière de justice et de police dans le cadre de la création d'une "association de municipalités serbes". Pour certaines questions litigieuses, des solutions pratiques restent à trouver, comme en ce qui concerne un système autonome d'électricité dans le nord, où la Serbie souhaite maintenir la présence de la compagnie nationale.

Au printemps 1999, une campagne de frappes aériennes de l'Otan avait chassé les forces serbes du Kosovo. Neuf ans plus tard, appuyé par les États-Unis et la majorité des pays de l'UE, Pristina proclamait son indépendance, que refusent toujours de reconnaître la Serbie, mais aussi cinq pays de l'UE, dont l'Espagne.

L'entrée de la Serbie dans l'UE pourrait prendre de nombreuses années, à l'instar de la Croatie, sa voisine, qui rejoindra l'Union le 1er juillet, près de huit ans après l'ouverture des négociations en octobre 2005.

AFP

Première publication : 28/06/2013

  • DIPLOMATIE

    La Serbie et le Kosovo décident de normaliser leurs relations

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Serbie décroche le statut de candidat à l'Union européenne

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Serbie franchit un pas supplémentaire vers son intégration dans l'UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)