Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Amériques

Au Chili, le mouvement étudiant se radicalise à six mois de la présidentielle

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/06/2013

À deux jours des primaires de la présidentielle du 17 novembre, le mouvement des étudiants chiliens se durcit. Ils manifestent depuis deux ans de façon épisodique pour réclamer une éducation gratuite et de qualité.

Barrages routiers, barricades incendiées, embouteillages monstres, heurts avec la police... Les étudiants chiliens ont intensifié leur mouvement ces dernières semaines en multipliant les manifestations et en occupant notamment des établissements scolaires et universitaires. 

Dernière en date, mercredi 26 juin. Des dizaines de milliers de jeunes ont défilé à Santiago ainsi qu'à Concepcion, dans le sud du Chili, pendant que d'autres occupaient des lycées et des universités de la capitale. Dès les premières heures de la journée, ils ont érigé des barricades autour des établissements, provoquant d'énormes embouteillages dans les rues de la capitale de six millions d'habitants à une heure de pointe.

Les incidents les plus graves se sont produits près de l'Université du Chili, où des manifestants encagoulés ont affronté les forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et de lances à eau. Des manifestants ont par ailleurs attaqué des commerces de la ville, détruit du mobilier public et lancé des centaines de cocktails molotov.

Les étudiants délogés avant le vote des primaires

La police chilienne a dû intervenir, jeudi 27 juin, pour expulser des étudiants d'une vingtaine d'écoles de Santiago qu'ils occupaient depuis des semaines et qui serviront de bureau de vote dimanche pour les primaires de la présidentielle du 17 novembre. Le gouvernement a en effet estimé que l'occupation des écoles constitue une entrave à la démocratie et pourrait dissuader des électeurs de se rendre aux urnes. 

Une centaine de personnes ont également été interpellées à l'issue de la marche, mercredi, selon les chiffres officiels du bureau du gouverneur de Santiago. Le ministre de l'Intérieur Andrés Chadwick a déploré, lors d'une conférence de presse, les incidents, estimant qu'ils ne "s'agit pas d'étudiants mais de délinquants extrémistes et violents qui agissent de façon organisée". Pour sa part, la porte-parole des lycéens Isabel Salgado a exigé la démission de la ministre de l'Éducation Carolina Schmidt, actuellement en vacances en Italie. "Nous sommes maintenant mobilisés depuis des années sans aucune réponse" du gouvernement, a déclaré Mlle Salgado.

Bachelet promet une "éducation gratuite"

Il s'agit de la sixième marche depuis le début de l'année pour protester contre le système éducatif hérité de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990). Depuis 2011, les étudiants chiliens ont organisé près d'une centaine de manifestations pour demander au gouvernement de Sebastian Piñera - premier président de droite depuis la fin de la dictature en 1990 - une réforme du système éducatif, cher et inefficace, selon eux.

Favorite pour les primaires de la coalition de centre gauche, ainsi que pour la présidentielle de novembre, l'ancienne présidente de centre gauche Michelle Bachelet (2006-2010) a promis de travailler à la mise en place d'une éducation gratuite dans son pays, classé au dernier rang des 34 pays membres de l'OCDE (0rganisation de coopération et de développement économiques) en termes d'inégalités.

Première publication : 28/06/2013

  • CHILI

    Michelle Bachelet se porte officiellement candidate à la présidence du Chili

    En savoir plus

  • CHILI

    Nouvelles violences lors d'une manifestation étudiante

    En savoir plus

  • CHILI

    Un adolescent tué dans des heurts entre manifestants et policiers à Santiago

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)