Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

Afrique

Quand l'hospitalisation de Mandela devient un petit fonds de commerce

© Charlotte Boitiaux

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 28/06/2013

Profitant de la présence quotidienne de centaines de personnes devant l'hôpital de Pretoria où se trouve Nelson Mandela, des Sud-Africains se sont lancés dans la vente de petits drapeaux à l'effigie de l'icône anti-apartheid.

Pas question pour eux de tirer avantage de l'hospitalisation de "Madiba". Devant l'hôpital de Pretoria, à quelques mètres seulement de l'entrée, Eddy, Fiston et Goodenough, trois Sud-Africains de Pretoria ont installé, vendredi, un stand de vente de drapeaux et de pagnes à l'effigie de l'ex-président. "Notre commerce est un hommage supplémentaire à Nelson Mandela", assurent les jeunes vendeurs qui ne se considèrent pas comme des "profiteurs"

Eddy, Fiston et Goodenough (à gauche) ne considèrent pas tirer profit de la maladie de Mandela.

"Nous aussi, nous respectons Mandela, nous sommes là pour lui. Nous nous battons pour lui", se justifie Eddy, en rendant la monnaie à un passant qui vient de faire l'acquisition d'un drapeau vert.

Pour Goodenough, il n'y a rien de choquant, ni de contraire à l'éthique à commercer devant la clinique. Il est même plutôt fier d'être là. Il faut dire que les affaires marchent bien et que la concurrence - pour le moment - est inexistante. "Je suis arrivé ce matin avec quatre rouleaux (de tissus à l'effigie de Mandela). J'en ai déjà vendu deux entier", explique-t-il fièrement. "Les drapeaux se vendent 40 rands pièce (3 euros) et les pagnes, 100 rands (7,50 euros). Vous croyez que cet argent va servir à vendre de la drogue après ?", lance-t-il. "Avec ce que nous récoltons, je vais pouvoir renflouer les caisses de ma petite entreprise", affirme-t-il en tendant la carte de sa société.

Personne, dans la rue principale, ne semble agacé par leur présence. Beaucoup, au contraire, s'arrêtent pour discuter et rire avec eux. "Vous voyez, les gens nous apprécient", lance Eddy. C'est pourquoi, les trois compères ont décidé de revenir demain, samedi. "Nous reviendrons surtout pour rester aux côtés de Mandela. Si nous ne vendons plus, ce n'est pas grave. Tout ce qui importe, c'est que Madiba aille mieux", confie Goodenough avant de retourner dans la rue pour démarcher d'éventuels clients.

Un Sud-africain achète un pagne à l'effigie de Mandela devant l'hôpital.

Première publication : 28/06/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    Reportage: "Grâce à Mandela, mes enfants savent lire et écrire"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    La santé de Nelson Mandela s’est améliorée cette nuit, affirme Jacob Zuma

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    "Mandela est une source d'inspiration pour nous les Blancs"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)