Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

Amériques

L'Équateur renvoie la balle à la Russie dans l'affaire Snowden

© AFP | Le président équatorien Rafael Correa.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/06/2013

"La solution est entre les mains des Russes", a affirmé samedi le président équatorien à propos du transfert d'Edward Snowden. La veille, le vice-président américain avait contacté Rafael Correa pour plaider en faveur de l’extradition du fugitif.

L'Équateur a renvoyé samedi 29 juin à la Russie la responsabilité d'un transfert d'Edward Snowden, l'ancien consultant des services de renseignement américains qui a sollicité l'asile politique à Quito. "Pour l'instant, la solution, la destination de Snowden, est entre les mains des autorités russes", a affirmé le président équatorien Rafael Correa, estimant que le jeune informaticien de 30 ans avait révélé "le plus grand cas d'espionnage massif dans l'histoire de l'humanité".

Passeport annulé

"Nous n'avons pas cherché cette situation. Snowden est en contact avec Assange, qui lui a recommandé de demander l'asile politique à l'Équateur", a poursuivi Rafael Correa, faisant référence au fondateur du site WikiLeaks, autre bête noire de Washington. "S'il arrive sur le territoire équatorien, nous instruirons sa demande comme nous l'avons fait pour Assange", a ajouté le chef de l'État, en soulignant que "dans ce cas, il sera demandé leur avis aux États-Unis". Auparavant, Rafael Correa avait révélé que le vice-président américain Joe Biden l'avait contacté directement la veille par téléphone pour plaider en faveur de l'extradition d’Edward Snowden.

Auteur de révélations explosives sur les programmes de surveillance des télécommunications, l'ex-collaborateur de l'Agence nationale de sécurité (NSA) est coincé depuis une semaine à l'aéroport de Moscou, en provenance de Hong Kong, son passeport ayant été annulé par Washington.

Avec dépêches

Première publication : 30/06/2013

  • SCANDALE PRISM

    Le fondateur de Wikipédia sur les cyber-traces d'Edward Snowden

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Snowden est toujours en zone de transit à l'aéroport de Moscou, selon Poutine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)