Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

Afrique

L'ex-président tchadien Hissène Habré placé en garde à vue à Dakar

© AFP

Vidéo par Tatiana MOSSOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2013

Hissène Habré, réfugié au Sénégal depuis son renversement en 1990, a été arrêté et placé en garde à vue à Dakar. L’ancien président du Tchad est accusé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre commis entre 1982 et 1990.

L'ex-président tchadien Hissène Habré, accusé de crimes contre l'humanité, a été arrêté dimanche à Dakar où il vit en exil depuis 22 ans, preuve supplémentaire de la volonté de la justice sénégalaise de le juger au plus vite après des années d'impunité.
              
"Hissène Habré a été placé en garde à vue dans le cadre de l'instruction", a affirmé à l'AFP un responsable du parquet du tribunal spécial mis en place, en février, pour le jugement de M. Habré.
              

Selon la loi sénégalaise, la garde à vue est de 48 heures, renouvelable une seule fois.
              
Un des avocats de M. Habré, Me El Hadji Diouf, a ajouté sur la radio privée locale, RFM, que l'ex dirigeant tchadien venait d'être "arrêté par des gendarmes à son domicile à Dakar et conduit vers une destination inconnue".
              
"On a demandé son arrestation dans le cadre de l'instruction et le dossier sera soumis aux juges d'instruction pour un réquisitoire", a affirmé le responsable du parquet des Chambres africaines extraordinaires, le tribunal spécial chargé de juger M. Habré.
              
"Des gendarmes viennent de procéder à l'arrestation de Hissène Habré à son domicile des Almadies (un quartier résidentiel de Dakar) et l'ont conduit vers une destination inconnue", a affirmé Me El Hadji Diouf, s'interrogeant sur "l'urgence" à l'arrêter un dimanche.
              
"C'est inacceptable. Habré a des droits qui ont toujours été violés", a ajouté Me Diouf.
              
Il a dit avoir été informé de l'arrestation par une épouse de l'ex-président tchadien.
              
Hissène Habré a été placé en garde après de récentes visites du procureur spécial des chambres spéciales, Mbacké Fall, en Belgique et au Tchad pour préparer le dossier d'accusation contre l'ex-président tchadien.
              
En 2005, après quatre années d'enquête, un juge belge avait inculpé M. Habré et la Belgique avait demandé à Dakar son extradition.
                  
"Entrevoir la lumière"

              
N'Djaména et Dakar avaient signé en mai un accord pour permettre aux juges du tribunal spécial créé pour juger M. Habré de mener des enquêtes au Tchad.
              
"Le placement en garde à vue le 30 juin de Hissène Habré est une étape majeure de la longue campagne pour le traduire en justice", s'est réjoui Reed Brody, de l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Right Watch (HRW), très impliqué dans le dossier Habré.
              
"Après 22 ans, les victimes de Habré peuvent enfin entrevoir la lumière au bout du tunnel", a-t-il ajouté.
              
"Cela fait plus de deux décennies que j'attends de voir Hissène Habré traduit en justice. Nous allons enfin pouvoir confronter notre bourreau et recouvrer notre dignité en tant qu'êtres humains", a dit de son côté  Clément Abaïfouta, président de l'Association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré.
              
En visite au Sénégal du 26 au 28 juin, le président américain Barack Obama avait abordé le dossier Habré avec son homologue sénégalaise, Macky Sall, et félicité Dakar pour ses "efforts" en vue d'organiser son procès.
              
"C'est un procès que nous avons soutenu et nous nous félicitons du leadership du Sénégal qui a entrepris ces efforts pour que justice soit faite", avait déclaré Ben Rhodes, conseiller américain adjoint à la sécurité nationale.
              
Le président sénégalais, qui a succédé en mars 2012 à Abdoulaye Wade, qui était au pouvoir depuis douze ans, s'était engagé à juger Hissène Habré et avait exclu de l'extrader en Belgique.
              
Le Sénégal avait été mandaté en juillet 2006 par l'Union africaine (UA) pour organiser le procès, mais, Abdoulaye Wade ne l'avait jamais fait, invoquant diverses raisons, dont le manque de moyens.
              
Le tribunal spécial, première juridiction africaine jamais mise en place pour juger un Africain, a démarré ses activités en février, et est doté d'un budget de 7,4 millions d'euros, venant notamment de l'Union européenne (UE) et des Etats-Unis.
              
Il est chargé de juger Hissène Habré pour des faits présumés commis pendant ses huit ans de pouvoir entre le 7 juin 1982 et le 1er décembre 1990.
              
Le tribunal a été été créé en décembre 2012 et est formé de quatre chambres spéciales: deux pour l'instruction et l'accusation, une Cour d'assises et une Cour d'appel, formées de juges africains dont des Sénégalais.
              
Hissène Habré vit en exil à Dakar depuis sa chute après huit ans de pouvoir au Tchad.
              
Il est accusé de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et torture.
              
Une "commission d'enquête sur les crimes et détournements" commis pendant les années Habré, créée après sa chute, a estimé à plus de 40.000, dont 4.000 identifiées, le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées au cours de sa présidence.

AFP

Première publication : 30/06/2013

  • TCHAD

    Hissène Habré face à la justice, un moment historique pour l'Afrique

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    La CIJ somme le Sénégal de poursuivre ou d'extrader Hissène Habré

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Hissène Habré, en ligne de mire de la justice belge depuis une décennie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)