Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat Clinton - Trump : qui a gagné le premier round ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

Afrique

Les Shebab annoncent avoir tué deux de leurs chefs

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/06/2013

Les Shebab affirment avoir tué samedi deux de leurs chefs historiques en Somalie. Ces derniers étaient entrés en dissidence pour des désaccords avec le chef du mouvement islamiste, Ahmed Abdi Godane.

Une figure historique des Shebab arrêtée

Les forces de sécurité somaliennes ont arrêté samedi une figure historique des islamistes shebab, cheikh Hassan Dahir Aweys, à son arrivée à l'aéroport de Mogadiscio, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

"Il y a eu une vive dispute, ça a tourné à la bagarre entre des membres des forces de sécurité et la délégation de cheikh Aweys qui a été arrêté", a indiqué à l'AFP un officier de police.

L'arrestation a été confirmée par un responsable somalien, Yusuf Mohamed Siyad, arrivé à l'aéroport de avec Aweys.

L'avion de Cheikh Aweys venait d'atterrir en provenance d'Adado (centre), capitale de la région autonome d'Himan et Heeb. Le leader islamiste s'y était réfugié après des affrontements dans le courant du mois avec une faction rivale des Shebab, plus au sud dans le port de Barawe.

Selon l'un de ses proches, il avait accepté de venir à Mogadiscio après la promesse de négociations avec le gouvernement. 

Les Shebab ont annoncé samedi 29 juin avoir tué deux de leurs chefs historiques. Les deux responsables tués, Ibrahim Haji Jama Mead, dit Al-Afghani (l'Afghan), et Abul Hamid Hashi Olhayi, étaient les co-fondateurs du mouvement islamiste allié à Al-Qaïda. Tous deux avaient récemment critiqué de manière ouverte le chef du mouvement islamiste, Ahmed Abdi Godane.

Selon des membres de leurs familles, les deux hommes ont été arrêtés et puis exécutés. Une version contredite par les Shebab, qui affirment qu'ils ont trouvé la mort pendant l'arrestation. "Les deux hommes ont été tués lors d'un affrontement alors qu'ils tentaient de résister à leur arrestation, suite aux ordres de la cour" islamique, a précisé le porte-parole Abu Musab.

Dissensions

Al-Afghani, dont la tête était mise à prix 5 millions de dollars par les États-Unis, était auparavant à la tête des Shebab dans la région de Juba (sud), dont la capitale régionale est le port stratégique de Kismayo. En avril, il aurait adressé un courrier au chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, critiquant le commandement d'Ahmed Abdi Godane. Cette lettre avait alors circulé sur les sites internet islamistes. Courant juin, Ahmed Abdi Godane avait ordonné son arrestation.

Depuis qu'ils ont été chassés de Mogadiscio en août 2011, les islamistes ont perdu la totalité de leurs bastions du sud et du centre et sont divisés en plusieurs factions rivales. Certaines factions ont une sensibilité plus nationaliste, contrairement au groupe dirigé par Ahmed Abdi Godane, à l'agenda djihadiste mondial.

Avec dépêches

Première publication : 30/06/2013

  • SOMALIE

    Un chef shebab se livre aux autorités pour échapper à des combats internes

    En savoir plus

  • SOMALIE

    Au moins six employés de l'ONU tués dans une attaque des Shebab à Mogadiscio

    En savoir plus

  • SOMALIE

    La famine a tué 258 000 Somaliens dont 133 000 enfants en 19 mois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)