Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Cannabis : un marché florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique : Julie Zenatti de retour avec "Blanc"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Naufrages en Méditerranée : l'UE réagit au drame des migrants

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Louis Michel : "Certains pays européens refusent de prendre leur part de réfugiés"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Naufrages en Méditerranée : la politique migratoire à 28 attendra

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

SPORT

Le Belge Jan Bakelants vainqueur et maillot jaune à Ajaccio

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/06/2013

Le Belge Jan Bakelants (Radioshack), qui participe pour la première fois au Tour, a su tirer son épingle du jeu pour s'imposer dans la deuxième étape qui a mené les coureurs de Bastia à Ajaccio. Il fait coup double en endossant le maillot jaune.

Le Belge Jan Bakelants (RadioShack) a remporté la 2e étape du Tour de France, dimanche à Ajaccio, et a endossé le maillot jaune de leader.

Dans un premier temps, l'Espagnol Markel Irizar, coéquipier de Bakelants, avait été annoncé vainqueur.

Bakelants, qui a distancé ses compagnons d'échappée dans le final, a résisté au retour du premier peloton.

Sur la ligne, installée à hauteur de l'archipel des Sanguinaires, le Belge a précédé le Slovaque Peter Sagan et le Polonais Michal Kwiatkowski, au bout des 156 kilomètres.

Le porteur du maillot jaune au départ de Bastia, l'Allemand Marcel Kittel, a été distancé dans la deuxième ascension du jour, le col de la Serra, tout comme nombre de sprinteurs (Cavendish, Kristoff, Bouhanni, D. Van Poppel). Le retard de Kittel dépassait cinq minutes à 60 kilomètres de l'arrivée pour atteindre plus de... dix-sept minutes à l'arrivée.

Pour sa part, le champion du monde du contre-la-montre, Tony Martin, a poursuivi la course malgré les séquelles de sa chute de la veille. Le coureur allemand, couvert de pansements, souffre de nombreuses contusions mais sans fracture.

Sous le soleil, un quatuor (Veilleux, Boom, Perez, Kadri) s'est dégagé dès les premiers kilomètres. L'écart a plafonné à moins de trois minutes avant que Blel Kadri prenne les devants dans le col de la Serra.

Froome à l'avant

Derrière lui, la poursuite a été menée par l'équipe FDJ.fr (Jeannesson, Geniez) avant qu'une autre équipe française, Europcar, lance des contre-attaques. Thomas Voeckler a été vite repris mais Pierre Rolland (désormais porteur du maillot à pois de meilleur grimpeur) a continué son effort jusque dans la descente avant d'être repris à 48 kilomètres de l'arrivée.

Dans la côte du Salario, Chris Froome, grand favori de cette 100e édition, a pris une courte avance sur ses adversaires à 12 kilomètres de l'arrivée. Le Britannique s'est rapproché du Français Cyril Gautier qui avait attaqué sur les premières rampes, avec l'Espagnol Juan Antonio Flecha.

Froome a coupé son effort au bas de la descente avant qu'un groupe de six coureurs (Bakelants, Chavanel, Mori, G. Izagirre, Flecha, Fuglsang) se forme à 6 kilomètres de l'arrivée.

Bakelants est parvenu à s'extraire du groupe, placé sous la menace proche du peloton, avant la flamme rouge du dernier kilomètre.

Le Belge, qui est âgé de 27 ans, participe au Tour pour la première fois de sa carrière.

Vainqueur du Tour de l'Avenir 2008, le natif d'Audenarde, la ville-coeur du cyclisme flamand qui abrite le musée du Tour des Flandres (gardé par l'ancien champion Freddy Maertens), a enlevé à Ajaccio son premier succès de la saison.

AFP

Première publication : 30/06/2013

  • TOUR DE FRANCE

    Dopage : Valérie Fourneyron ne veut pas de "chasse aux sorcières"

    En savoir plus

  • TOUR DE FRANCE

    L'Allemand Marcel Kittel, premier maillot jaune du Tour

    En savoir plus

  • TOUR DE FRANCE

    Dopage : Pour le patron du Tour, "le vélo n'est plus le vilain petit canard"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)