Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Le système carcéral américain à l’heure de la réforme

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Arbitrage : Bernard Tapie dénonce un complot visant Nicolas Sarkozy

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/07/2013

Bernard Tapie, mis en examen pour escroquerie en bande organisée dans l'affaire de l'arbitrage dont il a bénéficié face au Crédit Lyonnais, a déclaré lundi soir sur France 2 qu'à travers lui, c'est Nicolas Sarkozy qui était visé.

Invité du journal de 20 heures de France 2, lundi 1er juillet, Bernard Tapie a cherché à dédouaner l’ex-président Nicolas Sarkozy dans l’affaire de l’arbitrage avec le Crédit Lyonnais, pour laquelle l’homme d’affaires est mis en examen. Même si selon lui, l’ancien chef de l’État a donné son aval à l’arbitrage décidé en 2008, il n'en est pas pour autant à l'origine. Tapie avait alors touché 403 millions d’euros pour régler son contentieux avec la banque au sujet de la vente d’Adidas.

À la question de savoir qui a pris la décision de recourir à l'arbitrage, Bernard Tapie a répondu : "Mme Lagarde", la ministre de l'Économie de l'époque. "Il n'est pas pensable (…) que (Nicolas Sarkozy) n'ait pas donné son feu vert, c'est impossible, il a forcément donné son feu vert", a-t-il ajouté. "Mais entre donner son feu vert et donner son accord ou être à la manoeuvre..." "On a essayé de l'accrocher, c'est lui qu'on visait dans les faits", a-t-il insisté, assurant que l'ancien chef de l'État "n'avait pas l'intention de s'en mêler".

"Acharnement médiatique"

L'homme d'affaires a bien reconnu être venu à plusieurs reprises à l'Élysée pour défendre son dossier, "jamais (devant le) président de la République" mais devant les "conseillers chaque fois qu'ils me l'ont demandé". "Moi, M. Sarkozy je peux le voir 30 fois, pas une fois je vais lui parler de l'arbitrage (...) chacun ses principes", a-t-il lancé.

Face au présentateur David Pujadas, Bernard Tapie s’est également dit "victime d’un acharnement médiatique" et d’un "complot", assurant que le dossier était "vide". Interrogé sur ses liens supposés avec Pierre Estoup, l’ex-juge arbitral également mis en examen, l’homme d’affaires est revenu sur la dédicace qu'il avait faite dans un livre offert au magistrat en juin 1998 : "votre soutien a changé le cours de mon destin".

Estoup : "il ne me connaissait pas, je ne le connaissais pas"

"À l'époque, je suis mis sept fois en examen", a-t-il expliqué. "Je n'ai à peu près aucune chance de m'en sortir sur tous les procès en cours et d'un coup, j'apprends qu'un homme que je ne connais pas, qui est un haut magistrat, a une attitude extrêmement courageuse en me défendant dans un environnement qui m'était hostile." "Il ne me connaissait pas, je ne le connaissais pas", a-t-il assuré.

Il s’agit de sa première déclaration publique depuis sa mise en examen, vendredi 28 juin, pour escroquerie en bande organisée. Après quatre jours de garde à vue, il a été laissé libre sous contrôle judiciaire.

Avec dépêches

 

Première publication : 01/07/2013

  • FRANCE

    Arbitrage : Bernard Tapie mis en examen pour escroquerie en bande organisée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Crédit Lyonnais : Bernard Tapie en garde à vue

    En savoir plus

  • AFFAIRE TAPIE

    Tapie dément s'être écrié "J'ai les sous !" après la victoire de Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)