Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FRANCE

France : le Comité d'éthique opposé à l’assistance au suicide et à l’euthanasie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/12/2013

Le Comité consultatif national d’éthique, saisi par François Hollande sur la question de la fin de vie, a rendu son avis lundi. Les membres du comité n’ont pas autorisé le suicide assisté ni l’euthanasie et préconisent un débat public.

Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu lundi 1er juillet un avis prudent concernant la question de la fin de vie. Saisi par François Hollande en décembre dernier, le CCNE recommande de ne pas légaliser l'assistance au suicide, ni l'euthanasie. La commission d’experts préfère que la réflexion se poursuive "sous la forme d'un débat public".

"Le Comité national d'éthique a souhaité avoir un débat national, c'est également ma démarche", a déclaré le chef de l’État lundi, en marge d'une visite au centre hospitalier de Lorient. "Au terme de ce débat, il y aura, sans doute à la fin de l'année, un projet de loi qui sortira, fort de ce qui aura été dit et précisé à l'occasion de cette réflexion", a-t-il poursuivi. Le projet de loi a pour but d’ "améliorer" la loi Leonetti "qui est déjà un premier pas dans la direction qui est celle de la dignité humaine", a-t-il ajouté.

Des divisions au sein du CCNE

Les membres du CCNE ont montré des divisions, notamment sur la différence qui existe entre "laisser mourir" et "faire mourir", tant la frontière est tenue et le sujet sensible. Huit experts sur les quarante membres que compte le comité se sont notamment interrogés sur les critères qui pourraient autoriser certaines demandes d'aide à mettre un terme à sa vie.

Le président du CCNE a en outre précisé que les positions des huit experts en désaccord avec la majorité faisaient partie intégrante de l’avis rendu.

Et des propositions unanimes

Le Comité a également émis une série de propositions, adoptées cette fois à l’unanimité, visant à améliorer la prise en charge des malades en fin de vie. Il préconise ainsi que les "directives anticipées" émises par un patient atteint d’une maladie grave, rédigées en présence d’un médecin traitant, deviennent "contraignantes pour les soignants sauf exception dûment justifiée par écrit". Aujourd’hui, elles ne sont considérées que comme l’expression de souhaits, les décisions étant prises par les médecins.

Les membres du Comité recommandent également que soit respecté le droit d’une personne en fin de vie à être endormie, - "sédation profonde"-, jusqu’au décès quand les traitements, voire l’alimentation et l’hydratation ont été arrêtés, à sa demande.

Enfin le comité préconise le développement de soins palliatifs "à domicile", pour les rendre accessibles à tous, comme le stipule la loi "depuis quatorze ans". La personne malade et ses proches doivent être "associés pleinement" à toutes les décisions concernant sa fin de vie. Ces décisions ne doivent plus être discutées seulement entre médecins. Les membres s'accordent pour dire qu'il faudrait renforcer la formation des soignants et leur capacité d’écoute et de dialogue.

Avec dépêches

Première publication : 01/07/2013

  • SANTÉ

    Le Conseil de l'ordre des médecins fait un pas vers l'euthanasie en France

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Rapport Sicard : un pas vers le suicide assisté en France

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande lance un énième débat sur l'euthanasie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)