Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

EUROPE

Snowden demande l'asile politique à la Russie, selon les services consulaires

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/07/2013

Edward Snowden a demandé l'asile politique à la Russie, a annoncé lundi un responsable des services consulaires russes. L'ancien agent de la CIA se trouve dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou depuis le 23 juin.

Edward Snowden, l'informaticien américain à l'origine des révélations sur le système mondial d'espionnage mis en place par les États-Unis, a demandé l'asile politique à la Russie, a déclaré lundi 1er juillet un responsable des services consulaires russes.

"Hier (dimanche) à 22h30, la citoyenne britannique Sarah Harrison s'est présentée au service consulaire de l'aéroport Cheremetievo et a transmis une demande d'asile politique de Snowden" en Russie, a déclaré à l'AFP Kim Chevtchenko, responsable consulaire à l'aéroport Cheremetievo.

Demande d'asile à l'Équateur en attente

L’ancien agent de la CIA est bloqué dans la zone de transit de cet aéroport moscovite depuis le 23 juin, son passeport ayant été annulé par Washington qui l'a inculpé pour espionnage et réclame son extradition.

Snowden a demandé l'asile politique à l'Équateur il y a une semaine, mais ce pays a précisé qu'il ne pouvait statuer sur cette demande que si le demandeur se trouvait sur son sol. Le président équatorien Rafael Correa a annoncé samedi que la solution se trouvait "entre les mains des autorités russes". La Russie, qui n'a pas d'accord d'extradition avec les États-Unis, a affirmé de son côté ne rien avoir à lui reprocher, arguant en outre qu'il n'avait pas franchi formellement sa frontière, c'est à dire le contrôle des passeports.

Avec dépêches

Première publication : 01/07/2013

  • AFFAIRE PRISM

    L’espionnage entre gouvernements "n’est pas rare", selon Washington

    En savoir plus

  • SCANDALE PRISM

    L'Europe espionnée à grande échelle par la NSA

    En savoir plus

  • SCANDALE PRISM

    Le fondateur de Wikipédia sur les cyber-traces d'Edward Snowden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)