Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tunisie : le gouvernement face à de nombreux défis économiques

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

Les arrêtés anti-burkini en France, une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Les arrêtés anti-burkini en France, une dérive politique?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

Afrique

Égypte : l’armée s'apprête à reprendre les rênes du pays

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/07/2013

L’armée égyptienne a l'intention de reprendre le contrôle politique du pays, selon des informations obtenues par FRANCE 24. Lundi, le chef des forces armées a donné 48 heures au président Mohamed Morsi pour sortir de la crise.

L'armée égyptienne dément mener un coup d'État

L'armée égyptienne a démenti lundi les affirmations selon lesquelles le communiqué de son chef d'état-major constituait un coup d'État.

L'objectif du général Abdel Fattah al-Sissi est uniquement de pousser les responsables politiques à la négociation, a précisé l'armée.

Après l’ultimatum lancé par le chef d’état major Abdel Fattah al-Sissi, si aucune solution n’est trouvée dans les prochaines 48 heures, l’armée, dont le prestige est sorti renforcé des derniers événements, a l’intention de prendre des mesures pour donner satisfaction aux manifestants.

Plutôt qu'un putsch militaire en bonne et due forme, et en uniforme, l’armée devrait proposer sa "feuille de route". Elle installera une sorte de "comité de salut public" constitué de différentes personnalités, au nombre desquelles devraient figurer des civils, dont le président de la Cour suprême constitutionnelle, Maher al-Beheiry. Le rôle de ce comité serait de préparer une nouvelle Constitution et de nouvelles élections d’ici un an.

Les Frères musulmans examinent la déclaration de l'armée

Comment Mohamed Morsi, élu il y a un an exactement à la présidence du pays, réagira-t-il à ce scenario ? Acceptera-t-il de se retirer, ou bien essaiera-t-il de contester la rue aux manifestants qui demandent son départ ? Nul ne connait la réponse pour l’instant.

On notera toutefois que la première réaction des Frères musulmans à cette intervention de l’armée dans les événements a été plutôt nuancée : Mahmoud Ghozlan, un des responsables de la confrérie, s’est contenté de déclarer qu’elle était en train d’examiner la déclaration. La réaction du mouvement d’opposition Tamarod a été, elle, beaucoup plus enthousiaste. Son porte-parole s’est félicité que "l’armée se soit rangée du côté du peuple".

Samar Media, une vidéo de la série "Tahrir, ma révolution"

Première publication : 01/07/2013

  • ÉGYPTE

    L'armée lance un ultimatum de 48 heures au président égyptien Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Manifestations en Égypte : "une réplique de la révolution de 2011"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L’opposition lance un ultimatum à Morsi, quatre ministres démissionnent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)