Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Afrique

L’opposition lance un ultimatum à Morsi, quatre ministres démissionnent

© Mohamed Salem/FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/07/2013

Au lendemain des manifestations anti-Morsi en Égypte qui ont réuni plusieurs millions de personnes, l'opposition a appelé le chef d'État à quitter le pouvoir d'ici mardi 17 heures. Quatre ministres ont par ailleurs démissionné.

Le QG des Frères musulmans attaqué au Caire

Le siège des Frères musulmans, situé dans le quartier du Mokkatam, sur les hauteurs du Caire, a été saccagé et partiellement incendié par des centaines de jeunes dans la nuit de dimanche à lundi. Les Frères musulmans ont déclaré lundi qu'ils ne toléreraient plus ce genre d'attaques.

Le porte-parole de la confrérie, dont est issu le chef de l'Etat, a précisé à Reuters que la formation de milices d'autodéfense, sur le modèle des "comités de défense populaire" formés pendant le soulèvement contre Hosni Moubarak en 2011, était à l'étude.
 

Quatre ministres - du Tourisme, de l'Environnement, des Communications et des Affaires juridiques et parlementaires - ont présenté leur démission lundi 1er juillet, au lendemain de manifestations monstres qui ont réuni des millions d'Égyptiens à travers le pays pour réclamer le départ du président Mohamed Morsi.

Lundi après-midi, les dirigeants du Front de salut national (FSN), principale coalition d'opposants laïcs, doivent se réunir pour décider de leur stratégie, après avoir estimé que les manifestations "confirment la chute du régime de Mohamed Morsi et des Frères musulmans." L'opposition n’est donc pas prête de relâcher la pression. En effet, le mouvement Tamarrod, à l'origine de la contestation contre le pouvoir égyptien, a appelé lundi le chef de l'Etat à quitter le pouvoir avant mardi menaçant d'engager un mouvement de "désobéissance civile".

"Nous donnons à Mohamed Morsi jusqu'à mardi 2 juillet à 17heures pour quitter le pouvoir et permettre aux institutions étatiques de préparer une élection présidentielle anticipée", affirme un communiqué de Tamarrod publié sur son site internet. En cas de refus, "mardi 17heures sera le début d'une campagne de désobéissance civile totale".
 
"Prêts à mourir"
 
Évoquant la détermination des opposants qui se disent "prêts à mourir", Gallagher Fenwick, envoyé spécial de FRANCE 24, témoigne du climat d’inquiétude qui semble s’être abattu sur l’Égypte : "La plus haute autorité islamique du pays a prévenu que si ces deux camps tout à fait opposés ne parviennent pas à dialoguer, c’est tout simplement la menace d’une guerre civile qui pointe à l’horizon".
 
Dans une interview accordée au journal britannique "The Guardian" publiée dimanche, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement depuis la chute de son prédécesseur Hosni Moubarak en février 2011, se disait de son côté déterminé à tenir tête à ce qu'il présente comme une remise en cause antidémocratique de sa légitimité électorale, émanant selon lui de partisans de l'ancien régime. S'il cède face à la pression de la rue, fait-il valoir, "il y aura toujours des gens pour s'opposer au nouveau président et, une semaine ou un mois plus tard, ils demanderont sa démission".
 
" Le mouvement menace d'engager la population dans la désobéissance civile".
 
Toutefois, dimanche, un porte-parole de Mohamed Morsi a cependant reconnu que le chef d'État avait commis des erreurs, tout en estimant que les manifestations s'étaient dans l'ensemble déroulées pacifiquement, et qu'il s'agissait d'un "nouveau jour de pratique de la démocratie".
 
 
L’économie au cœur des revendications
 
Si les opposants dénoncent une dérive autoritaire du chef de l'État et accusent les Frères musulmans de vouloir accaparer tous les pouvoirs, ils s’élèvent également contre la dégradation de leurs conditions de vie alors que la situation économique s'est détériorée depuis la révolution de 2011. La crainte de voir l'essence venir à manquer - le pays connaît déjà des pénuries sporadiques depuis des mois - entraîne depuis plusieurs jours une ruée sur les stations service. Les pharmacies ou les épiceries sont également remplies de clients faisant des achats de précaution.
 
Dimanche, les affrontements entre partisans et adversaires du président Mohamed Morsi ont fait au moins seize morts et plus de 600 blessés en Egypte, selon un nouveau bilan obtenu dans la nuit auprès de la sécurité et des services de secours.
 
Parmi eux, deux décès par balle ont été signalés lors de l'attaque du siège national des Frères musulmans, dans une banlieue du Caire. Le bâtiment a été attaqué par des centaines de personnes et a été incendié.
 
Avec dépêches

 

Première publication : 01/07/2013

  • ÉGYPTE

    Au moins cinq morts lors des manifestations anti-Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Militants, journalistes, femmes, artistes : la société civile égyptienne aux abois

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Vingt-deux millions d'Égyptiens signent une pétition anti-Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)