Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

Afrique

La famille Mandela se déchire sur le lieu de sépulture de "Madiba"

© Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 02/07/2013

Alors que Nelson Mandela est dans un état critique, sa famille se dispute sur son lieu de sépulture. Des querelles qui ternissent l'image des Mandela déjà engagés dans un bras de fer judiciaire à propos des tombes des enfants de "Madiba".

"L'âme de Mandela n'est pas en paix", a déclaré au "Sunday Times" dimanche 30 juin un chef traditionnel de la région d'origine du père de la nation arc-en-ciel, dans le sud-est de l'Afrique du Sud. Et elle ne serait pas près de l'être à en croire les médias sud-africains qui suivent assidûment les dissensions au sein de la famille Mandela concernant le lieu d'inhumation de "Madiba". La famille se déchire en effet pour décider où sera enterré Nelson Mandela. Son petit-fils Mandla, le chef de famille, a exprimé le souhait que le corps de son grand-père repose à Mvezo, son village natal, dans la région du Cap oriental. L’icône de la lutte anti-apartheid, pourtant, aurait toujours exprimé sa préférence pour Qunu, un village situé à environ 25 kilomètres de là, où "Madiba" a grandi.

Ce n'est pas la première fois que Mandla s'oppose au reste de la fratrie - nombreuse : Nelson Mandela a 17 petits-enfants et 14 arrière petits-enfants. En 2011, déjà, sans concertation avec les membres de sa famille, le petit-fils rebelle avait pris la décision d'exhumer les corps des trois enfants décédés de Nelson Mandela enterrés à Qunu, pour les inhumer à Mvezo.

La justice exige le retour des corps à Qunu

Traîné devant la justice par Makaziwe Mandela, la fille aînée du père de la nation qui

La justice impose le retour des tombes des enfants de Mandela dans son village d'enfance

Un juge sud-africain a ordonné mardi 2 juillet le retour des tombes des enfants de Nelson Mandela dans son village d'enfance de Qunu (sud) où l'ancien président souhaite être enterré et d'où ils avaient été exhumés par l'aîné de ses petit-fils Mandla.

"En conséquence, j'ordonne maintenant que le mis en cause obéisse à l'ordre de restituer les restes d'ici mercredi 15h00" (13h00 GMT), a déclaré le juge Lusindiso Pakade du tribunal de Mthatha. (AFP)

exige le retour des corps à Qunu, Mandla - considéré comme le petit-fils le plus proche de Madiba - a toujours affirmé qu'il avait agi selon les volontés de son grand-père. Et le chef de famille de présenter comme preuve une photographie sur laquelle on aperçoit Nelson Mandela, assis dans un fauteuil, le jour de l'exhumation des corps.

Une supercherie, avait laissé entendre une partie de la famille. Nelson Mandela, déjà très âgé, n'aurait pas été à cette époque en possession de toutes ses facultés mentales, avaient-ils discrètement avancé alors.

La justice a tranché et ordonné, vendredi 28 juin, le retour des trois corps à Qunu. "Les ancêtres ne seront apaisés que lorsque les restes de la famille seront à nouveau enterrés à Qunu. C'est seulement alors que Tata (père) sera libéré", a ajouté le chef traditionnel interviewé par le "Sunday Times". Mais Mandla ne compte baisser les armes : il a fait appel de la décision de justice.

Ces querelles fissurent considérablement l'image d'Épinal d'une famille unie au chevet du père de la nation, bien que "les Sud-Africains ne se soient jamais vraiment fait d'illusion sur l'union de la famille Mandela. Surtout ces derniers temps, où des supposés enfants illégitimes font aussi la une des journaux", précise Caroline Dumay, la correspondante de FRANCE 24 à Johannesburg.

Une réunion de la puissante famille royale Thembu, dont est issu Nelson Mandela, est prévue le 8 juillet à Qunu. Le clan, choqué par ce grand déballage, estime que la décision du lieu de sépulture de Nelson Mandela doit se régler en famille et non pas devant la justice.

Première publication : 01/07/2013

  • REPORTAGE

    Soweto accueille Barack Obama, "un homme de paix comme Mandela"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD - REPORTAGE

    Quand l'hospitalisation de Mandela devient un petit fonds de commerce

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Le rugby sud-africain, un sport pas tout à fait arc-en-ciel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)