Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Afrique

La famille Mandela se déchire sur le lieu de sépulture de "Madiba"

© Charlotte Boitiaux/FRANCE 24

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 02/07/2013

Alors que Nelson Mandela est dans un état critique, sa famille se dispute sur son lieu de sépulture. Des querelles qui ternissent l'image des Mandela déjà engagés dans un bras de fer judiciaire à propos des tombes des enfants de "Madiba".

"L'âme de Mandela n'est pas en paix", a déclaré au "Sunday Times" dimanche 30 juin un chef traditionnel de la région d'origine du père de la nation arc-en-ciel, dans le sud-est de l'Afrique du Sud. Et elle ne serait pas près de l'être à en croire les médias sud-africains qui suivent assidûment les dissensions au sein de la famille Mandela concernant le lieu d'inhumation de "Madiba". La famille se déchire en effet pour décider où sera enterré Nelson Mandela. Son petit-fils Mandla, le chef de famille, a exprimé le souhait que le corps de son grand-père repose à Mvezo, son village natal, dans la région du Cap oriental. L’icône de la lutte anti-apartheid, pourtant, aurait toujours exprimé sa préférence pour Qunu, un village situé à environ 25 kilomètres de là, où "Madiba" a grandi.

Ce n'est pas la première fois que Mandla s'oppose au reste de la fratrie - nombreuse : Nelson Mandela a 17 petits-enfants et 14 arrière petits-enfants. En 2011, déjà, sans concertation avec les membres de sa famille, le petit-fils rebelle avait pris la décision d'exhumer les corps des trois enfants décédés de Nelson Mandela enterrés à Qunu, pour les inhumer à Mvezo.

La justice exige le retour des corps à Qunu

Traîné devant la justice par Makaziwe Mandela, la fille aînée du père de la nation qui

La justice impose le retour des tombes des enfants de Mandela dans son village d'enfance

Un juge sud-africain a ordonné mardi 2 juillet le retour des tombes des enfants de Nelson Mandela dans son village d'enfance de Qunu (sud) où l'ancien président souhaite être enterré et d'où ils avaient été exhumés par l'aîné de ses petit-fils Mandla.

"En conséquence, j'ordonne maintenant que le mis en cause obéisse à l'ordre de restituer les restes d'ici mercredi 15h00" (13h00 GMT), a déclaré le juge Lusindiso Pakade du tribunal de Mthatha. (AFP)

exige le retour des corps à Qunu, Mandla - considéré comme le petit-fils le plus proche de Madiba - a toujours affirmé qu'il avait agi selon les volontés de son grand-père. Et le chef de famille de présenter comme preuve une photographie sur laquelle on aperçoit Nelson Mandela, assis dans un fauteuil, le jour de l'exhumation des corps.

Une supercherie, avait laissé entendre une partie de la famille. Nelson Mandela, déjà très âgé, n'aurait pas été à cette époque en possession de toutes ses facultés mentales, avaient-ils discrètement avancé alors.

La justice a tranché et ordonné, vendredi 28 juin, le retour des trois corps à Qunu. "Les ancêtres ne seront apaisés que lorsque les restes de la famille seront à nouveau enterrés à Qunu. C'est seulement alors que Tata (père) sera libéré", a ajouté le chef traditionnel interviewé par le "Sunday Times". Mais Mandla ne compte baisser les armes : il a fait appel de la décision de justice.

Ces querelles fissurent considérablement l'image d'Épinal d'une famille unie au chevet du père de la nation, bien que "les Sud-Africains ne se soient jamais vraiment fait d'illusion sur l'union de la famille Mandela. Surtout ces derniers temps, où des supposés enfants illégitimes font aussi la une des journaux", précise Caroline Dumay, la correspondante de FRANCE 24 à Johannesburg.

Une réunion de la puissante famille royale Thembu, dont est issu Nelson Mandela, est prévue le 8 juillet à Qunu. Le clan, choqué par ce grand déballage, estime que la décision du lieu de sépulture de Nelson Mandela doit se régler en famille et non pas devant la justice.

Première publication : 01/07/2013

  • REPORTAGE

    Soweto accueille Barack Obama, "un homme de paix comme Mandela"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD - REPORTAGE

    Quand l'hospitalisation de Mandela devient un petit fonds de commerce

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Le rugby sud-africain, un sport pas tout à fait arc-en-ciel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)