Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

SPORT

Coupe des confédérations : le Brésil terrasse l'Espagne en finale

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/07/2013

Le Brésil a surclassé l'Espagne (3-0), dimanche soir à Rio, et remporté la Coupe des confédérations, organisée sur son sol, et ce pour la troisième fois d'affilée. La Seleçao a incontestablement frappé un grand coup à un an du Mondial-2014.

Un doublé de Fred et un but du jeune prodige Neymar (44e) ont permis au Brésil d’écraser l’Espagne (3-0), en finale de la Coupe des Confédérations, dimanche à Rio de Janeiro, au Maracana, près duquel des heurts ont éclaté peu avant la rencontre entre policiers et manifestants. La Seleçao a frappé un grand coup à un an du Mondial-2014, qui aura lieu sur son sol, en surclassant les champions du monde et d’Europe en titre.

Elle a également stoppé la série record d'invincibilité des Ibériques (29 matches de compétition), pour le plus grand bonheur des 73 000 Brésiliens massés dans le mythique stade de Rio de Janeiro. Le scénario du match fut cauchemardesque pour la Roja, qui a encaissé des buts dès l'entame, en fin de première période et au début de la seconde. Les Espagnols ont raté un penalty, tiré à côté par Sergio Ramos (55e) et écopé d’un carton rouge pour Piqué (68e).
                            
"Le Brésil a été meilleur, il nous a fait courir"
 
Et quand la machine ibérique se remettait en marche, elle butait sur une défense brésilienne en état de grâce, rendant le secteur offensif espagnol tout simplement inoffensif. Au milieu, la paire Paulinho-Luiz Gustavo a totalement annihilé Xavi et considérablement gêné Iniesta, les deux moteurs de la Roja. Ce dernier a reconnu la supériorité des Auriverdes. "Nous avons perdu une finale, nous sommes déçus de la défaite (…), le Brésil a été meilleur, il nous a fait courir. Le premier but dans les premières minutes a compliqué les choses. (…). Il faut féliciter le champion et l'année prochaine nous essaierons de revenir et de faire mieux les choses", a-t-il déclaré à l’issue de la partie.
 
Si la Coupe des confédérations s'est terminée en apothéose et dans une ambiance de folie au Maracana, la fête n’était pas au rendez-vous à l’extérieur du stade. En effet, des milliers de manifestants sont parvenus dans la soirée à 300 m du stade. Des heurts ont alors éclaté avec la police qui est intervenue à coups de gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires. D'après des médias brésiliens, deux policiers au moins ont été blessés. L'un a été atteint par un cocktail Molotov à une jambe; l'autre a reçu un coup à la tête. Six manifestants ont également été légèrement blessés.
 
Toutefois, la mobilisation était sans commune mesure avec la contestation de ces dernières semaines qui a jeté jusqu'à un million de personnes dans les rues du pays, pour dénoncer l'indigence des services publics, la corruption de la classe politique et les sommes colossales investies pour l'organisation du Mondial.

Avec dépêches.

Première publication : 01/07/2013

  • FOOTBALL

    Coupe des confédérations : une finale Brésil-Espagne sous haute tension

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le Brésil en finale de la Coupe des confédérations

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Le football brésilien au centre de toutes les tensions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)