Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

FRANCE

Mélenchon, le FN et les Verts réclament l'asile pour Snowden en France

© AFP

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/07/2013

Les récentes révélations de Snowden sur l'espionnage d'institutions européennes par la NSA ont été condamnées par les responsables politiques français. Certains vont jusqu'à demander au chef de l'État d'accorder l'asile à l'ex-consultant.

Hollande a demandé à ce que l'espionnage de la NSA visant l'UE "cesse immédiatement"

François Hollande a affirmé lundi à propos des soupçons d'espionnage américain visant l'UE que la France ne pouvait "pas accepter ce type de comportement" et il a demandé que "cela cesse immédiatement".

"Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés", a déclaré M. Hollande en marge d'une visite à Lorient. "Nous demandons que cela cesse immédiatement", a-t-il ajouté, jugeant également que "les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications". (AFP)

 

Après des dernières révélations du "Spiegel" et du "Guardian" sur l'espionnage électronique de l'Union européenne par l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA), les appels à accorder l’asile politique à Edward Snowden dans l’Hexagone se multiplient chez les responsables politiques français de tous bords.

Mélenchon et Le Pen sur le même front

C’est le co-président du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui a lancé l’idée le premier. "Je demande que la France accorde l'asile politique à Edward Snowden, bienfaiteur de l'Europe qui a permis de démasquer ce complot", a indiqué dimanche 30 juin le fondateur du Front de gauche dans un communiqué. Le leader anticapitaliste réclame, en outre, "l'arrêt immédiat des négociations" commerciales entre l'Union européenne et les États-Unis.

"Si on n'accorde pas l'asile politique à M. Snowden, à qui exactement est-ce qu'on va l'accorder ?" a surenchéri Marine Le Pen, au diapason avec le chef du Front de gauche . La présidente du Front national a, elle aussi, dénoncé lundi matin sur LCI, une "politique de soumission totale" de l'Europe vis-à-vis de Washington. La dirigeante d'extrême droite, qui a indiqué ne pas être surprise par les agissements de la NSA, a appelé les peuples européens à "retrouver leur liberté". "Il faut que nous retrouvions notre autonomie en matière de défense. Nous ne pouvons pas être ainsi les caniches des États-Unis, surveillés, tenus en laisse", a-t-elle poursuivi.

"Diktat américain"

Le parti Europe Écologie-Les Verts (EELV), qui participe au gouvernement de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, n’a pas non plus tardé à réagir. Dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi, EELV a appelé solennellement le président de la République et son gouvernement à accorder l'asile politique, sans délai, "à un homme, qui non seulement a eu le courage de révéler l'existence d'une surveillance illicite mais a

Nicole Bricq craint des négociations commerciales difficiles

La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a estimé lundi qu'il fallait rapidement "rétablir la confiance" entre les États-Unis et l'Europe, soulignant que si elle était "rompue" après les informations faisant état d'espionnage, il serait "difficile" de mener les négociations de libre-échange prévues.

"Le 8 juillet devaient être lancées les négociations concernant le partenariat transatlantique commercial entre les États-Unis et l'Europe. C'est un sujet très important", a-t-elle ajouté. (AFP)
 

permis d'en connaître l'ampleur", peut-on lire dans le communiqué.

Selon le parti écologiste français, accorder l’asile politique à l’informaticien européen est une façon de rappeler que Paris "refuse clairement le diktat américain sur la protection des données et les violations manifestes des libertés publiques fondamentales au nom de sa lutte contre le risque terroriste".

" Un acte d'hostilité inqualifiable"

Des dirigeants du Parti socialiste français ont condamné à l’unisson l'espionnage des institutions européennes par un pays censé être un allié.

S'il s'avérait que Washington a effectivement espionné les institutions de l'Union européenne, "il y aurait là un acte d'hostilité inqualifiable", a pour sa part déclaré la ministre de la Justice, Christiane Taubira, sur BFM-TV.

Si aucun membre du parti présidentiel n’est allé jusqu'à demander l’asile politique de l’Américain en fuite, certains dirigeants du PS, à l’instar du député socialiste Jean-Christophe Cambadélis, ont cependant demandé une suspension des négociations commerciales entre les États-Unis et l'UE sur un traité transatlantique de libre-échange.

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, s’est contenté d’affirmer que "des garanties sur les données personnelles sont un préalable à la conclusion d'un accord". Et de conclure, "s'il était confirmé que les États-Unis ont espionné des institutions de l'UE, peut-être même le Parlement européen, ce serait totalement inacceptable", a-t-il souligné sur Radio J.

Avec dépêches

Première publication : 01/07/2013

  • SCANDALE PRISM

    L'Europe espionnée à grande échelle par la NSA

    En savoir plus

  • SCANDALE PRISM

    Affaire Snowden : la NSA espionnait aussi l’Union européenne

    En savoir plus

  • SCANDALE PRISM

    L'Équateur renvoie la balle à la Russie dans l'affaire Snowden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)