Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

FRANCE

Mélenchon, le FN et les Verts réclament l'asile pour Snowden en France

© AFP

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/07/2013

Les récentes révélations de Snowden sur l'espionnage d'institutions européennes par la NSA ont été condamnées par les responsables politiques français. Certains vont jusqu'à demander au chef de l'État d'accorder l'asile à l'ex-consultant.

Hollande a demandé à ce que l'espionnage de la NSA visant l'UE "cesse immédiatement"

François Hollande a affirmé lundi à propos des soupçons d'espionnage américain visant l'UE que la France ne pouvait "pas accepter ce type de comportement" et il a demandé que "cela cesse immédiatement".

"Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés", a déclaré M. Hollande en marge d'une visite à Lorient. "Nous demandons que cela cesse immédiatement", a-t-il ajouté, jugeant également que "les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications". (AFP)

 

Après des dernières révélations du "Spiegel" et du "Guardian" sur l'espionnage électronique de l'Union européenne par l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA), les appels à accorder l’asile politique à Edward Snowden dans l’Hexagone se multiplient chez les responsables politiques français de tous bords.

Mélenchon et Le Pen sur le même front

C’est le co-président du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui a lancé l’idée le premier. "Je demande que la France accorde l'asile politique à Edward Snowden, bienfaiteur de l'Europe qui a permis de démasquer ce complot", a indiqué dimanche 30 juin le fondateur du Front de gauche dans un communiqué. Le leader anticapitaliste réclame, en outre, "l'arrêt immédiat des négociations" commerciales entre l'Union européenne et les États-Unis.

"Si on n'accorde pas l'asile politique à M. Snowden, à qui exactement est-ce qu'on va l'accorder ?" a surenchéri Marine Le Pen, au diapason avec le chef du Front de gauche . La présidente du Front national a, elle aussi, dénoncé lundi matin sur LCI, une "politique de soumission totale" de l'Europe vis-à-vis de Washington. La dirigeante d'extrême droite, qui a indiqué ne pas être surprise par les agissements de la NSA, a appelé les peuples européens à "retrouver leur liberté". "Il faut que nous retrouvions notre autonomie en matière de défense. Nous ne pouvons pas être ainsi les caniches des États-Unis, surveillés, tenus en laisse", a-t-elle poursuivi.

"Diktat américain"

Le parti Europe Écologie-Les Verts (EELV), qui participe au gouvernement de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, n’a pas non plus tardé à réagir. Dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi, EELV a appelé solennellement le président de la République et son gouvernement à accorder l'asile politique, sans délai, "à un homme, qui non seulement a eu le courage de révéler l'existence d'une surveillance illicite mais a

Nicole Bricq craint des négociations commerciales difficiles

La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a estimé lundi qu'il fallait rapidement "rétablir la confiance" entre les États-Unis et l'Europe, soulignant que si elle était "rompue" après les informations faisant état d'espionnage, il serait "difficile" de mener les négociations de libre-échange prévues.

"Le 8 juillet devaient être lancées les négociations concernant le partenariat transatlantique commercial entre les États-Unis et l'Europe. C'est un sujet très important", a-t-elle ajouté. (AFP)
 

permis d'en connaître l'ampleur", peut-on lire dans le communiqué.

Selon le parti écologiste français, accorder l’asile politique à l’informaticien européen est une façon de rappeler que Paris "refuse clairement le diktat américain sur la protection des données et les violations manifestes des libertés publiques fondamentales au nom de sa lutte contre le risque terroriste".

" Un acte d'hostilité inqualifiable"

Des dirigeants du Parti socialiste français ont condamné à l’unisson l'espionnage des institutions européennes par un pays censé être un allié.

S'il s'avérait que Washington a effectivement espionné les institutions de l'Union européenne, "il y aurait là un acte d'hostilité inqualifiable", a pour sa part déclaré la ministre de la Justice, Christiane Taubira, sur BFM-TV.

Si aucun membre du parti présidentiel n’est allé jusqu'à demander l’asile politique de l’Américain en fuite, certains dirigeants du PS, à l’instar du député socialiste Jean-Christophe Cambadélis, ont cependant demandé une suspension des négociations commerciales entre les États-Unis et l'UE sur un traité transatlantique de libre-échange.

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, s’est contenté d’affirmer que "des garanties sur les données personnelles sont un préalable à la conclusion d'un accord". Et de conclure, "s'il était confirmé que les États-Unis ont espionné des institutions de l'UE, peut-être même le Parlement européen, ce serait totalement inacceptable", a-t-il souligné sur Radio J.

Avec dépêches

Première publication : 01/07/2013

  • SCANDALE PRISM

    L'Europe espionnée à grande échelle par la NSA

    En savoir plus

  • SCANDALE PRISM

    Affaire Snowden : la NSA espionnait aussi l’Union européenne

    En savoir plus

  • SCANDALE PRISM

    L'Équateur renvoie la balle à la Russie dans l'affaire Snowden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)