Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

FRANCE

Le Parlement européen lève l'immunité de Marine Le Pen

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/07/2013

Le Parlement européen a levé, mardi, l'immunité parlementaire de la présidente du Front national Marine Le Pen. Un scénario qui devrait conduire à sa mise en examen en France pour "incitation à la haine raciale".

Le Parlement européen a décidé, mardi 2 juillet, de lever l'immunité parlementaire de Marine le Pen, à la demande du parquet de Lyon qui veut l'entendre dans le cadre d'une enquête pour "incitation à la haine raciale".

Une étape qui ouvre la voie à une procédure judiciaire contre l’eurodéputée après ses propos, tenus en décembre 2010, assimilant les "prières de rue" des musulmans à une "occupation", sans "blindés (ni) soldats". La chef du parti frontiste pourrait éventuellement être mise en examen pour "incitation à la haine raciale".  

Le vote, par l'ensemble des députés réunis en session plénière à Strasbourg, sur cette levée d'immunité était prévu vers midi. Le 19 juin, la commission des Affaires juridiques du Parlement s'était déjà prononcée à une large majorité en faveur d’une telle démarche.
             
"Je le maintiens"
 
La leader frontiste ne regrette pas ses propos et les a même réitérés, estimant "avoir osé dire ce que tous les Français pensent, c'est-à-dire que les prières de rue - dont je leur indique qu'elles continuent à se dérouler sur le territoire français - sont une occupation".
             
Marine Le Pen : "Je me défendrai, je suis coriace"
"Je le maintiens. Ma levée d'immunité parlementaire sera votée par mes adversaires politiques UMP-PS. Cela ne me pose aucun problème", avait alors ajouté Marine Le Pen sur LCI. "J'irai devant le tribunal correctionnel tête haute pour leur expliquer qu'il faut bien qu'il y ait des gens dans notre pays qui disent la vérité aux Français", a-t-elle martelé.
 
Ce n’est pas la première fois qu’un dirigeant du FN est menacé de perdre son immunité. Bruno Gollnisch a été privé à deux reprises de son immunité parlementaire après des propos qui avaient donné lieu à des poursuites en France. En 1998, Jean-Marie Le Pen a également été visé par la même procédure après avoir déclaré que les chambres à gaz nazies étaient "un détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale".
                                         

 Avec dépêches

Première publication : 02/07/2013

  • PARLEMENT EUROPÉEN

    L'immunité parlementaire de Marine Le Pen menacée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Français n’ont jamais autant adhéré aux idées du Front national

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)