Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Égypte : le président Morsi rejette l'ultimatum de l'armée

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/07/2013

Le président égyptien Mohamed Morsi a rejeté l'ultimatum fixé par l'armée qui lui donnait 48 heures pour trouver une solution à la crise. Face à la contestation, six ministres de son gouvernement ont démissionné.

Mohamed Morsi ne fléchit pas. Le président égyptien a rejeté mardi 2 juillet au matin l’ultimatum lancé par l’armée qui lui donnait 48 heures pour trouver une solution à la crise politique, faute de quoi elle reprendrait les rênes du pays. Assurant qu’il n’avait pas été consulté, le chef de l’État a également estimé que le communiqué de l'armée contenait des déclarations dont "la portée pourrait semer la confusion".

Le président se retrouve par ailleurs en difficulté sur le plan politique. Pas moins de six

La justice réintègre le procureur général démis par Mohamed Morsi

La justice égyptienne a ordonné mardi la réintégration du procureur général limogé par le président Mohamed Morsi, infligeant un revers au chef d'Etat islamiste contesté par des manifestations monstres.

Le limogeage en novembre d'Abdel Méguid Mahmoud, nommé du temps du président Hosni Moubarak avait provoqué une levée de boucliers chez les magistrats, qui avaient dénoncé une ingérence de l'exécutif dans les affaires de la justice.


 

ministres ainsi que les porte-parole de la présidence et du gouvernement ont annoncé leur démission entre lundi et mardi, renforçant l’impression de délitement du pouvoir exécutif. Mais aucun de ces ministres n’appartient à la confrérie islamiste.

Face à l'aggravation de la crise, le président américain Barack Obama a téléphoné à Mohamed Morsi pour lui exprimer son inquiétude. Il lui a en outre indiqué que Washington était attaché "au processus démocratique en Egypte et ne soutenait aucun parti ou groupe".

L’armée s’en mêle

Déclarant la nation en danger, le chef d'état-major de l'armée, le général Abdel Fatah al Sisi, nommé à son poste par Mohamed Morsi, avait précisé lundi dans une allocution solennelle que les forces armées laissaient 48 heures aux dirigeants politiques pour "satisfaire les demandes du peuple". "Si les exigences du peuple ne sont pas satisfaites durant cette période (de quarante-huit heures), elles seront contraintes, en raison de leurs devoirs historiques et nationaux, par respect pour les demandes du grand peuple égyptien, d'annoncer une feuille de route et des mesures pour l'avenir(...)", a-t-il ajouté.

L'armée, qui a conduit la transition pendant dix-sept mois entre la chute du président Hosni Moubarak en février 2011 et l'élection de M. Morsi en juin 2012, ne s'impliquerait pas directement cette fois en politique ou au sein du gouvernement, a souligné le général. Mais elle superviserait la mise en œuvre de cette feuille de route "en collaboration avec tous les groupes et les mouvements loyaux de la nation, y compris les jeunes qui ont été et restent à l'origine de la glorieuse révolution".

L’initiative de l’armée témoigne de l’escalade dans la crise politique que vit l’Egypte confrontée à plusieurs jours de contestation. Dimanche, plusieurs millions de personnes étaient descendues dans les rues du pays pour exiger la démission du président Morsi, issu des Frères musulmans et accusé aujourd’hui de dérive autoritaire par l’opposition libérale.

Mais le président égyptien ne l’entend pas ainsi. Affirmant que "l'Egypte ne permettra absolument aucun retour en arrière quelles que soient les circonstances", Mohamed Morsi s'est posé lui-même en garant de la "réconciliation nationale" et de la "paix sociale", alors que l'armée avait déclaré la semaine dernière qu'elle ne laisserait pas le pays "plonger dans un tunnel sombre de conflit et de troubles". Mais le principal bloc d'opposition, le Front de salut national (FSN), avait déclaré lundi soir qu'il ne voulait plus discuter avec Morsi, qu'il ne juge plus légitime, et désigné Mohamed ElBaradeï comme son représentant dans d'éventuelles discussions avec l'armée.

"L'armée s'est rangée au côté du peuple"

L'opposition en effet n'a pas caché sa satisfaction. Une clameur s'est élevée de la foule rassemblée place Tahrir emblème de la révolution quand des hélicoptères de l'armée ont survolé la place en déployant des drapeaux égyptiens. "L'armée s'est rangée au côté du peuple", a estimé le mouvement Tamarrod (rébellion en arabe), à l'origine de manifestations monstres dimanche.

La déclaration des militaires a aussi été saluée par des acclamations de la part des manifestants anti-Morsi rassemblés devant le palais présidentiel et louée par le Front de salut national (FSN), qui réclame depuis des mois la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères et ex-candidat libéral à l'élection présidentielle Amr Moussa, l'annonce de l'armée répond aux voeux de la population. "C'est une occasion historique qu'il ne faut pas laisser passer", a-t-il dit.

Les Frères resserrent les rangs autour de Morsi

De leurs côtés les Frères musulmans font bloc autour du président contesté. "L'époque des coups d'Etat militaires est révolue", a ainsi déclaré Yasser Hamza, l'un des dirigeants du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), émanation des Frères musulmans, tandis qu'une alliance de partis islamistes appelait dans la nuit à des manifestations de soutien à Morsi pour "défendre la légitimité et exprimer un rejet de tout coup d'Etat".

L'Alliance nationale de soutien de la légitimité a ajouté qu'elle "rejette formellement et catégoriquement les menées de certains visant à utiliser notre grande armée pour agresser la légitimité" d'une manière qui, poursuit-elle, conduirait à "un coup d'Etat contre les institutions légitimes et la volonté du peuple".

Par ailleurs, face à la multiplication des attaques contre les sièges de la confrérie et notamment celui du Caire où des heurts meurtriers ont eu lieu dimanche, le porte-parole des Frères musulmans Gehad El Haddad, n'a pas exclu la reconstitution des "comités d'autodéfense" créés durant la révolution de 2011.

Au moins 16 personnes ont été tuées et 800 autres blessées depuis dimanche dans des heurts en marge des manifestations. La grande institution islamique Al-Azhar, basée au Caire, a indiqué craindre "un nouveau bain de sang".  Après avoir récolté 22 millions de signatures pour une pétition réclamant le départ du président accusé de dérive autoritaire et de laisser la mainmise aux Frères musulmans sur le pays, Tamarrod a donné à M. Morsi jusqu'à mardi 17H00 (15H00 GMT) pour quitter le pouvoir. En cas de refus, le mouvement a annoncé "une campagne de désobéissance civile totale".

Avec dépêches
 

Première publication : 02/07/2013

  • ÉGYPTE

    L'armée lance un ultimatum de 48 heures au président égyptien Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Manifestations en Égypte : "une réplique de la révolution de 2011"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L’opposition lance un ultimatum à Morsi, quatre ministres démissionnent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)