Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Morsi chassé du pouvoir par l’armée, nuit de liesse place Tahrir

© AFP

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/07/2013

Mohamed Morsi n’est plus le président de l’Égypte. L’armée a décrété mercredi soir que le président de la Cour constitutionnelle assurait l'intérim à la tête du pays. Une annonce suivie d’une explosion de joie sur la place Tahrir du Caire.

Il aura tenu à peine plus d’un an à la tête de l’Égypte. L’islamiste Mohamed Morsi, premier président démocratiquement élu dans le pays, a été destitué de ses fonctions présidentielles mercredi 3 juillet.

Washington ordonne l'évacutation de son ambassade au Caire

Les États-Unis ont ordonné l'évacuation de leur ambassade au Caire quelques heures après le renversement du président Morsi par l'armée, a indiqué un responsable américain sous couvert d'anonymat.

Il y a quelques jours déjà, le département d'État avait autorisé le personnel diplomatique non indispensable à quitter le pays.

C’est le chef de l'armée égyptienne, Abdel Fattah al-Sissi, qui a annoncé, lors d’une déclaration télévisée, que la Constitution du pays était suspendue de manière temporaire et que des élections présidentielles et législatives seraient prochainement organisées. D’ici là, c’est le président de la Cour constitutionnelle, Adly Mansour, qui devient président par intérim.

Un futur gouvernement de technocrates

Abdel Fattah al-Sissi a également annoncé que l'Égypte allait désormais être dirigée par un gouvernement d'experts et qu'une commission serait chargée de réviser la Constitution. Le chef de l’armée a par ailleurs prévenu la population que l'armée et la police répondraient à toutes les violences.

Le chef de l'opposition, Mohamed el-Baradei a quant à lui repris les déclarations du chef de l'armée et espéré que la chute de Mohamed Morsi signerait "un nouveau point de départ de la révolution du 25 janvier [2011]".

Même les salafistes du parti Al-Nour se sont ralliés à la feuille de route de l’armée et ont fait savoir qu’ils souhaitaient désormais voir se mettre en place une transition pacifique.

Scènes de liesse place Tahrir

Sur la place Tahrir du Caire, où les anti-Morsi sont rassemblés par dizaines de milliers depuis dimanche 30 juin, ces déclarations ont été accueillies par des scènes de liesse et des feux d’artifice.

De leur côté, les partisans de Mohamed Morsi, réunis dans un autre quartier du Caire, ont réagi avec colère à l'annonce des militaires, certains arrachant des pavés. Mais l’armée les avait préalablement encerclés et semblait en mesure, mercredi soir, d’éviter de trop importants débordements. Cependant, quatre partisans du président déchu ont été tués dans des affrontements avec militaires et policiers dans la ville de Marsa Matrouh (nord-ouest), selon les services de sécurité.

Morsi dénonce un coup d’État et appelle à la résistance pacifique

Le président déchu a quant à lui réagi, via le compte Facebook de la présidence officielle, en déclarant que "les mesures annoncées par le commandement des forces armées" représentaient "un coup d'État complet". Selon lui, cette décision est rejetée "catégoriquement par tous les hommes libres [du] pays".


"Le président appelle tous les Égyptiens à résister pacifiquement à ce coup d'État, comme il le fera lui-même", a déclaré de son côté l'un de ses proches collaborateurs, sous couvert de l'anonymat, à l’AFP. "Ce qu'ils ont fait est illégal, ils n'ont pas autorité pour le faire."

Le lieu où se trouve Mohamed Morsi – qui s’est vu interdire de quitter le territoire égyptien – n’a pas été confirmé mercredi soir. Selon Reuters, l’ex-président se trouverait dans une caserne de la Garde républicaine. Selon des témoins, des soldats ont dressé des barrières et installé des fils de fer barbelés autour de la caserne.

Face à la grogne grandissante envers le chef de file des Frères musulmans, l’armée avait exhorté, lundi 1er juillet, Morsi à accéder aux exigences du peuple dans un délai de 48 heures. Mohamed Morsi avait refusé de se plier à cet ultimatum.

Avec dépêches

Première publication : 04/07/2013

  • ÉGYPTE

    Morsi renversé : une soirée historique à revivre minute par minute

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Al-Sissi, l'homme fort de l'armée égyptienne qui défie Mohamed Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)