Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez.... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Afrique

Le souffle de la contestation égyptienne parviendra-t-il jusqu’en Tunisie ?

© AFP | L'Assemblée nationale constituante en Tunisie

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 04/07/2013

Les Tunisiens observent les événements en Égypte, où des manifestations monstres contre le président Morsi ont entraîné sa destitution. Les opposants au régime d'Ennahda espèrent profiter du souffle de la révolte pour renforcer leur position.

En Égypte comme en Tunisie, les projets politiques des islamistes au pouvoir divisent plus qu’ils ne rassemblent. Au Caire, le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, a été renversé par l'armée mercredi 3 juillet. À Tunis, le parti Ennahda du Premier ministre Ali Larayedh est enlisé dans le processus d’adoption de la Constitution. À l’épreuve du pouvoir, les formations islamistes montrent leur faiblesse.

Tamarrod germe en Tunisie

En Tunisie, plusieurs militants de l'opposition et représentants de la société civile appellent, via les réseaux sociaux, à la désobéissance civile pour destituer l'Assemblée nationale constituante (ANC). Le mouvement d’opposition Tamarrod ("rébellion", en arabe), qui a éclos en Égypte, est en train de germer en Tunisie. Celui qui se présente comme le porte-parole de Tamarrod Tunisie, Mohamed Bennour, était l’invité de la chaîne privée Nessma TV, mardi 2 juillet, où il a tenu à préciser que son mouvement n’appelle ni à la violence ni à l’anarchie.

Il a également détaillé ses revendications : la dissolution de l’ANC, l’annulation du projet actuel de Constitution et la désignation d’un comité d’experts pour la rédaction d’une Constitution qui représenterait tous les Tunisiens. Il veut également qu'une date soit fixée pour des élections législatives, espérées d’ici la fin de l’année.

"Solidarité avec le peuple égyptien"

Ces derniers jours, plusieurs partis politiques tunisiens ont exprimé leur soutien au mouvement de protestation anti-Morsi Égypte. Lundi 1er juillet, le parti de centre-gauche Voie démocratique et sociale (Al-Massar, centre-gauche) a publiquement salué "la ténacité et la détermination" du peuple égyptien à "défendre sa dignité et ses droits fondamentaux", ainsi que "son combat légitime pour la liberté, la démocratie et la justice sociale".

D'autre part, Hechmi Hamdi, fondateur du parti de l'Amour et ancien président d'Al Aridha (courant de la réforme nationale) affirme, dans un communiqué, sa "solidarité avec le peuple égyptien dans (...) sa quête de justice sociale". L’opposition tunisienne suit de près le mouvement de contestation en Égypte avec lequel elle se trouve des similitudes.

En revanche, Ennahda s’est fendu d’un communiqué lundi soir sur la page Facebook de son chef, Rached Ghannouchi pour apporter son soutien à Mohamed Morsi et aux Frères musulmans égyptiens. Tout en appelant les opposants et les partisans du "président élu" au dialogue. Une manière de rappeler qu’eux aussi ont la légitimité des urnes, au cas où des troubles surviendraient en Tunisie.

L'islam politique en question

Dans un entretien à FRANCE 24, le Premier ministre tunisien Ali Larayedh a jugé "peu probable" que le scénario égyptien se reproduise en Tunisie. "Le niveau de conscience des Tunisiens leur permettra de faire la part des choses (…) Ils savent les efforts que nous déployons, compte-tenu des contraintes actuelles et de nos possibilités", explique le chef du gouvernement. "Malgré tous les défis auxquels nous faisons face, rien ne justifie un tel mouvement de contestation en Tunisie surtout qu'on a toujours préconisé le consensus et le dialogue", a-t-il ajouté.

Ali Larayedh a, par ailleurs, réitéré la volonté de son gouvernement d'organiser les élections avant la fin de l'année. "Les choses avancent, même s'il y a des lenteurs. Nous avons fait une promesse, de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour respecter ces échéances. Si l'Assemblée avance dans le sens du consensus et que la Constitution est adoptée en juillet, alors ce sera possible", a-t-il précisé, ajoutant qu'un retard de quelques semaines ne serait pas d'une grande gravité. Pour lui, Ennahda sortira à nouveau vainqueur des prochaines élections.

Malgré tout, certains voient dans ce mouvement de contestation la fin annoncée de l’islam politique tel que les Frères musulmans et Ennahda ont essayé de l’exercer. Dans une tribune, un blogueur tunisien résume : "Finalement, les islamistes auront, à leur cœur défendant, fait progresser comme jamais l'idée de laïcité dans les pays arabes."

 

Première publication : 03/07/2013

  • ÉGYPTE

    Morsi refuse de partir, l'armée prête à "verser son sang"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Manifestations en Égypte : "une réplique de la révolution de 2011"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Militants, journalistes, femmes, artistes : la société civile égyptienne aux abois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)