Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Valls prêt à lâcher du lest

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gilberto Rodrigues Léal : le MUJAO annonce la mort du français enlevé au Mali

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové et Guy Verhofstadt, candidats à la présidence de la Commission européenne

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Elio Di Rupo, Premier ministre belge

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : les coulisses d'une libération

En savoir plus

FOCUS

Dans la ville natale de Jean Paul II, la "papamania" est au beau fixe

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • Ligue des champions : à Madrid, Chelsea neutralise l'Atlético

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l’incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

  • Ryan Giggs joue les entraîneurs pour Manchester United

    En savoir plus

  • Washington lie la Russie aux séparatistes ukrainiens, photos à l’appui

    En savoir plus

Economie

Un ex-cadre d'une banque suisse remet une liste de personnalités à la justice française

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2013

Un ex-cadre de la banque suisse Reyl & Cie et témoin dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac assure avoir remis à la justice française une liste d'une quinzaine de noms de personnalités françaises détenant un compte en Suisse.

Pierre Condamin-Gerbier, ex-cadre de l'établissement financier suisse Reyl et Cie, témoin dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac, a déclaré mercredi avoir transmis mardi à la justice française des informations concernant les personnalités ayant détenu un compte en Suisse.

"La liste et les éléments d'information dont j'ai fait état dans les médias depuis quelques semaines ont été transmis hier, dans leur grande majorité, à la justice française", a-t-il dit mercredi devant la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac.

"En 20 ans d'expérience, j'ai été le témoin direct ou indirect d'un certain nombre de dossiers - j'aime peu la terminologie de liste car s'il s'agit de sortir une feuille A4 avec 15 noms dessus cela ne vaut que le papier sur lequel c'est imprimé", a-t-il précisé plus tard au cours de l'audition.

"Il s'agit de dossiers techniques et vu la sensibilité de certains des noms inclus, les praticiens ont fait preuve d'une volonté d'obscurité importante et donc l'écheveau pour les enquêteurs est très complexe. Il a donc fallu faire un travail qui continue de mise en relation, de consolidation, de liens de ces informations pour qu'elles soient exploitables par la justice", a déclaré M. Condamin-Gerbier.

Une source proche de l'enquête a confirmé que le responsable financier n'avait pas, à proprement parler, transmis une liste de noms de détenteurs de comptes aux juges d'instruction chargés de l'enquête qui l'ont entendu mardi.

M. Condamin-Gerbier avait affirmé en juin devant des sénateurs disposer d'une liste "d'une quinzaine" de noms d'ex-ministres ou d'actuels ministres détenteurs d'un compte en Suisse, estimant que Jérôme Cahuzac n'était qu'un "fusible".

Une information judiciaire a été ouverte fin mai pour "blanchiment de fraude fiscale" visant l'établissement Reyl, à la suite des déclarations de M. Condamin-Gerbier, entendu comme témoin dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac et ayant fait état de contribuables français ayant des comptes en Suisse. Elle a été confiée aux juges Renaud van Ruymbeke et Roger Le Loire, qui conduisent déjà l'enquête Cahuzac.

Devant les députés, M. Condamin-Gerbier a refusé de dévoiler les noms des personnes pouvant figurer sur cette liste, estimant qu'elle était désormais du seul ressort de la justice, et que des "gens sont juges et parties à l'intérieur du Parlement".

Concernant l'affaire Cahuzac, le financier a estimé que la demande d'entraide du fisc français à la Suisse avait été mal formulée. La Suisse avait répondu fin janvier au fisc français que M. Cahuzac n'avait pas détenu d'avoirs chez UBS en Suisse entre 2006 et 2010.

L'hypothèse principale est que le compte de M. Cahuzac a été ouvert en 1992 dans l'agence UBS de Genève, puis les fonds auraient été transférés à la fin des années 1990 chez Reyl avant d'être déplacés en 2009 à Singapour, par Reyl, chez Julius Baer.

"Je pense que M. Cahuzac, sachant qu'il était entre les mains d'un établissement où son contact avait une relation extrêmement proche avec la direction et l'actionnaire, se sentait mieux protégé que s'il avait été le client lambda d'un très gros établissement où il ne soit qu'un client parmi tant d'autres", a-t-il dit en référence aux liens du conseiller patrimonial de M. Cahuzac, Hervé Dreyfus, avec la direction de Reyl.

"D'autre part, du fait du déménagement du compte de Suisse à Singapour, et comme semblait-il la France ne s'intéressait à l'époque qu'à l'élément suisse de ce dossier, et que ce compte était bien parti avant le 31 décembre 2009, je pense que M. Cahuzac a eu une certitude intellectuelle sur le fait qu'on ne trouverait rien", a ajouté M. Condamin-Gerbier.

Concernant l'attitude du fisc français, "il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir", a estimé le financier.

AFP

Première publication : 03/07/2013

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Les textes de loi sur la transparence passent l'obstacle de l'Assemblée nationale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Cahuzac : les fonds non déclarés rapatriés de Singapour bloqués par la justice

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Évasion fiscale : un sommet européen pour faire pression sur l'Autriche et le Luxembourg

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)