Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Des manifestants brûlent le drapeau français devant l'ambassade à La Paz

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/07/2013

Des manifestants attroupés devant l'ambassade de France en Bolivie ont brûlé des drapeaux tricolores. Il protestent contre le refus de Paris de laisser l'avion du président Evo Morales survoler l'espace aérien français.

Paris "regrette" l’incident diplomatique avec la Bolivie

La France a "regretté" mercredi soir d'avoir refusé le survol de son territoire au président bolivien Evo Morales, évoquant un "contretemps".

"Le ministre des Affaires étrangères (Laurent Fabius) a téléphoné à son homologue bolivien pour lui faire part des regrets de la France suite au contretemps occasionné pour le président Morales par les retards dans la confirmation de l'autorisation de survol du territoire par l'avion du président", a indiqué le porte-parole du ministère, Philippe Lalliot, dans un communiqué.

Très remontés, une centaine de manifestants ont brûlé des drapeaux tricolores devant l'ambassade de France à La Paz, a constaté, mercredi 3 juillet l'agence de presse AFP. Ils ont également jeté des pierres contre le bâtiment situé dans la capitale bolivienne.

Ces actions visent à protester contre le refus de Paris de laisser l'avion transportant le président bolivien, Evo Morales, survoler l'espace aérien français mercredi matin. Cette interdiction temporaire, également été décrétée par le Portugal, avait été décidée car les autorités françaises supectaient la présence à bord de l'appareil d'Edward Snowden, l'ex-consultant de la CIA à l'origine des révélations sur le programme de surveillance Prism de la NSA.

"Tous fous!"

L'avion d'Evo Morales a finalement atterri, mercredi après-midi, à l'aéroport de Las Palmas aux Canaries pour une escale technique. Le président avait été bloqué pendant treize heures à l'aéroport de Vienne avant de pouvoir décoler. L'Espagne avait accepté, en fin de matinée, que le vol traverse son espace aérien.

Le traitement réservé à Evo Morales par les pays européens a suscité de vives critiques de la part de plusieurs dirigeants d'États sud-américains. Cristina Fernandez, présidente de l'Argentine, avait ainsi affirmé, sur Twitter, "ils [les dirigeants européens] sont tous fous !". Les douze pays membres de l'Unasur (Union des nations sud-américaines) ont rédigé un communiqué commun dans lequel ils qualifient la décision de la France et du Portugal de "dangereuse".

Avec dépêches

Première publication : 03/07/2013

  • ESPIONNAGE

    L'Équateur assure avoir découvert un micro caché dans son ambassade à Londres

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Jester, ce "hacker patriote" américain qui veut punir le "traître" Snowden

    En savoir plus

  • AFFAIRE SNOWDEN

    Le président bolivien Morales contraint d'atterrir à Vienne... sans Snowden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)