Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

EUROPE

Paris demande un report des négociations sur l'accord commercial États-Unis-UE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/07/2013

Suite aux allégations d'espionnage américain révélées par l'affaire Snowden, la France a fait savoir qu'elle souhaitait une "suspension temporaire" des négociations sur l'accord de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne.

La France est favorable, du fait des soupçons d'espionnage qui pèsent sur les Etats-Unis, à une "suspension temporaire" des négociations commerciales qui doivent s'engager ce mois-ci entre Washington et l'Union européenne, a indiqué mercredi la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

"Il ne s'agit pas d'arrêter les négociations sur l'accord de libre-échange, mais en effet il nous paraît sage de les suspendre temporairement, pour une durée de quinze jours sans doute, pour éviter toute polémique et le temps d'obtenir les informations demandées" aux Etats-Unis, a-t-elle précisé à l'issue du Conseil des ministres.

"Nous allons sans plus attendre, cette semaine, nous concerter avec nos partenaires européens sur ce sujet", a expliqué Mme Vallaud-Belkacem. François Hollande avait déjà prôné mardi une "position coordonnée, commune" de l'Europe dans l'affaire d'espionnage d'institutions de l'UE et d'Etats européens dont sont soupçonnés les Etats-Unis.

"C'est très important d'être cohérent et d'avoir un même discours sur ce sujet car l'enjeu est communautaire et pas uniquement national", a encore dit la porte-parole du gouvernement.

Elle a souligné que "ce projet d'accord est important pour l'Union européenne comme les Etats-Unis", notamment pour "stimuler la croissance".

"Mais je vous confirme aussi que pour que cette négociation puisse s'engager sereinement, il faut que les deux parties soient réunies en confiance", a-t-elle fait valoir.
 

AFP

Première publication : 03/07/2013

  • COMMERCE

    Libre-échange : l'exception culturelle française reconnue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)