Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique

Adly Mansour, l'homme de l'après-Morsi

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/07/2013

La destitution par l'armée du président égyptien Mohamed Morsi, mercredi, a propulsé Adly Mansour, le nouveau président du Conseil constitutionnel, sous les projecteurs. Le magistrat a prêté serment en tant que président par intérim jeudi.

"Je jure, par Dieu tout puissant, de préserver le régime républicain, de veiller aux intérêts du peuple dans son intégralité". Au lendemain de la destitution du chef de l’État Mohamed Morsi mercredi 3 juillet, Adly Mansour, juge et président, depuis peu, de la Haute Cour constitutionnelle, a prêté serment jeudi au Caire, devant cette même institution. Âgé de 67 ans, il a été propulsé à la tête de l’Égypte par l’armée jusqu'à la tenue d'une présidentielle anticipée.

Inconnu du grand public, Adly Mansour devra gérer une période de transition pleine d’incertitudes dans un pays scindé en deux, entre opposants et partisans de l’ancien président Mohamed Morsi. Doté du pouvoir de gouverner par décrets, il lui reviendra de désigner un gouvernement de technocrates, de superviser l'application de la "feuille de route" et de déterminer le calendrier des prochaines échéances électorales.

Dans un discours bref prononcé lors de sa prestation de serment, le magistrat a estimé que l'Égypte avait "corrigé la trajectoire de sa grande révolution", affirmant que le 30 juin, soit la journée de manifestations monstres contre le président Morsi, était "un jour glorieux". S’il n’a pas mentionné une seule fois les Frères musulmans, le mouvement islamiste dont était issu le président déchu, il a déclaré, selon des propos rapportés par le site du quotidien al-Ahram, que le confrérie "faisait partie de la nation, personne n'est exclu", et qu’elle était invitée à coopérer à son édification.

"Jour glorieux"

Diplômé de l'université de droit du Caire en 1967, ce magistrat est entré au sein du système judiciaire égyptien sous le régime d'Hosni Moubarak. Nommé à la mi-mai président du Conseil constitutionnel, une institution qu’il avait intégrée dès 1992, et ce par le président déposé par l’armée, il n’est entré en fonction que depuis seulement deux jours.
 

Avec dépêches
 

Première publication : 04/07/2013

  • ÉGYPTE

    L'armée égyptienne détient Mohamed Morsi et promet une élection présidentielle

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi chassé du pouvoir par l’armée, nuit de liesse place Tahrir

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi renversé : une soirée historique à revivre minute par minute

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)