Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'opposition vénézuélienne interdite de manifester avant le vote de dimanche

En savoir plus

FOCUS

France : vent de fronde sur La République En Marche

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Helen Mirren, "queen" du cinéma britannique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le viagra pour l'armée américaine : cinq fois plus cher que les frais de santé des transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Moralisation : l'ombre des lobbys"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Avignon s’offre Leopold Sédar Senghor

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Khalifa Haftar : "Nous traiterons avec tous les groupes terroristes par les armes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump interdit l'armée aux transgenres

En savoir plus

LE DÉBAT

Pologne : le casse-tête de Bruxelles (partie 2)

En savoir plus

Economie

Crise en Égypte : Quand Twitter s'essaye à la traduction de l'arabe

© Caputre d'écran - Twitter

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/07/2013

Le site de microblogging a mis en place un outil de traduction automatique des tweets en arabe de certains comptes afin que les abonnés puissent "comprendre ce qui se passe en Égypte”. Mais le résultat est très approximatif.

L’occasion était trop belle, le résultat plus que mitigé. Twitter tente de profiter des événements en cours en Égypte pour déployer une nouvelle fonctionnalité : la traduction en direct des tweets. Le célèbre réseau de microblogging a ajouté, mercredi 3 juillet, un petit bouton “traduire” en haut des messages en arabe d’une soixantaine de comptes sélectionnés par Twitter et censés représenter les “voix importantes” de l’actualité égyptienne.

Cette fonction, testée en interne chez Twitter depuis plus d’un an, doit permettre aux non-arabophones, parlant l’une des quarante langues officiellement cours sur Twitter, de “mieux comprendre ce qui se passe en Égypte”, assure le site de microblogging.

Pas si sûr. Les comptes sélectionnés sont certes parmi les plus influents en Égypte : on y trouve le fil officiel de Mohamed Morsi, celui de l’opposant Mohamed El Baradei ou encore de Wael Ghonim - l’une des voix les plus influentes de la révolution qui a mis fin, en 2011, au régime de Moubarak - et celui d’Al Arabya Egypt. Mais les traductions de leurs gazouillis depuis la chute de Mohamed Morsi peuvent laisser perplexe.

Bing et bang

La traduction automatique passe par un outil développé par Microsoft pour Bing, son moteur de recherche concurrent à Google. Il permet, au mieux, de comprendre le sens général des tweets, mais pas leur signification précise. Le message du 27 juin par lequel l’ex-président Mohamed Morsi déclarait "à la jeunesse égyptienne, j’avoue que vous n’avez pas eu ce qui vous est dû dans la période qui a suivi la révolution, je respecte vos rêves et je ressens vos douleurs" devient,  avec la traduction automatique, “Jeune msaraatrf vous n'avez pas takhzawahkkm dans mrhalhmabad althorhakdrahalamkm et je ressens votre douleur”. Lorsque Wael Ghonim, dans un tweet du 4 juillet, fait dire à Morsi pour résumer son parcours au pouvoir “Je suis revenu, j’ai trahi mes promesses, j’ai exclu, j’ai échoué, j’ai divisé et je suis parti…”, Bing Translator transforme cette phrase en : “Promis lui cassé et a été éliminé et ont échoué et puis déporté".

Autant d'exemples qui soulignent les limites actuelles de cette technologie. Pourquoi, dans ces conditions, Twitter a-t-il décidé de déployer cette fonction, ne serait-ce qu’en test, au risque de déformer des propos parfois sensibles ? Pour le site américain d’information Quartz, c’est un moyen pour le service de microblogging de continuer à apparaître “comme le média privilégié des soulèvements arabes”.

Première publication : 04/07/2013

  • ÉGYPTE

    Les chefs des Frères musulmans visés par la justice égyptienne après le coup d'État

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Adly Mansour, l'homme de l'après-Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi renversé : une soirée historique à revivre minute par minute

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)