Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Crise en Égypte : Quand Twitter s'essaye à la traduction de l'arabe

© Caputre d'écran - Twitter

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/07/2013

Le site de microblogging a mis en place un outil de traduction automatique des tweets en arabe de certains comptes afin que les abonnés puissent "comprendre ce qui se passe en Égypte”. Mais le résultat est très approximatif.

L’occasion était trop belle, le résultat plus que mitigé. Twitter tente de profiter des événements en cours en Égypte pour déployer une nouvelle fonctionnalité : la traduction en direct des tweets. Le célèbre réseau de microblogging a ajouté, mercredi 3 juillet, un petit bouton “traduire” en haut des messages en arabe d’une soixantaine de comptes sélectionnés par Twitter et censés représenter les “voix importantes” de l’actualité égyptienne.

Cette fonction, testée en interne chez Twitter depuis plus d’un an, doit permettre aux non-arabophones, parlant l’une des quarante langues officiellement cours sur Twitter, de “mieux comprendre ce qui se passe en Égypte”, assure le site de microblogging.

Pas si sûr. Les comptes sélectionnés sont certes parmi les plus influents en Égypte : on y trouve le fil officiel de Mohamed Morsi, celui de l’opposant Mohamed El Baradei ou encore de Wael Ghonim - l’une des voix les plus influentes de la révolution qui a mis fin, en 2011, au régime de Moubarak - et celui d’Al Arabya Egypt. Mais les traductions de leurs gazouillis depuis la chute de Mohamed Morsi peuvent laisser perplexe.

Bing et bang

La traduction automatique passe par un outil développé par Microsoft pour Bing, son moteur de recherche concurrent à Google. Il permet, au mieux, de comprendre le sens général des tweets, mais pas leur signification précise. Le message du 27 juin par lequel l’ex-président Mohamed Morsi déclarait "à la jeunesse égyptienne, j’avoue que vous n’avez pas eu ce qui vous est dû dans la période qui a suivi la révolution, je respecte vos rêves et je ressens vos douleurs" devient,  avec la traduction automatique, “Jeune msaraatrf vous n'avez pas takhzawahkkm dans mrhalhmabad althorhakdrahalamkm et je ressens votre douleur”. Lorsque Wael Ghonim, dans un tweet du 4 juillet, fait dire à Morsi pour résumer son parcours au pouvoir “Je suis revenu, j’ai trahi mes promesses, j’ai exclu, j’ai échoué, j’ai divisé et je suis parti…”, Bing Translator transforme cette phrase en : “Promis lui cassé et a été éliminé et ont échoué et puis déporté".

Autant d'exemples qui soulignent les limites actuelles de cette technologie. Pourquoi, dans ces conditions, Twitter a-t-il décidé de déployer cette fonction, ne serait-ce qu’en test, au risque de déformer des propos parfois sensibles ? Pour le site américain d’information Quartz, c’est un moyen pour le service de microblogging de continuer à apparaître “comme le média privilégié des soulèvements arabes”.

Première publication : 04/07/2013

  • ÉGYPTE

    Les chefs des Frères musulmans visés par la justice égyptienne après le coup d'État

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Adly Mansour, l'homme de l'après-Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi renversé : une soirée historique à revivre minute par minute

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)