Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

2.500 hommes supplémentaires et un mandat plus robuste pour la Minusma au Mali

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy démissionne du Conseil constitutionnel

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/07/2013

L'ancien président français quitte ses fonctions au sein du Conseil constitutionnel. Un peu plus tôt dans la journée, les Sages avaient invalidé ses comptes de campagne pour la présidentielle de 2012.

Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi sa démission du Conseil constitutionnel. Une décision prise après que le Conseil constitutionnel a confirmé l'invalidation de ses comptes de campagne pour 2012.

Il a expliqué, dans un message à l'AFP, qu'"après la décision du Conseil constitutionnel et devant la gravité de la situation et les conséquences qui en résultent pour l'opposition et pour la démocratie", il "démissionn(ait) immédiatement du Conseil constitutionnel afin de retrouver sa liberté de parole", précise-t-il dans un communiqué.

Dès la nouvelle publiée, le président de l'UMP Jean-François Copé est allé s'entretenir avec l'ancien président de la République, dans ses bureaux parisiens de la rue de Miromesnil. Jean-François Copé a annoncé qu'il réunirait "la semaine prochaine" un bureau politique statutaire de l'UMP "afin d'examiner toutes les conséquences de cette décision".

De son côté, François Fillon, ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy pendant toute la durée de son quinquennat, a appelé sa "famille politique" à assumer les conséquences financières de la décision des neuf Sages.

Le rejet du Conseil constitutionnel des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2012, plonge l'UMP dans une crise financière aiguë.

 Avec dépêches
 

Première publication : 04/07/2013

  • FRANCE

    Présidentielle 2012 : les comptes de campagne de Sarkozy invalidés par le Conseil constitutionnel

    En savoir plus

  • LIBYE

    Kadhafi a bien financé la campagne de Sarkozy, affirme un diplomate libyen

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ouverture d'une enquête sur le financement présumé de Sarkozy par Kadhafi en 2007

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)