Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

FRANCE

Sauver l'UMP de la faillite, le nouveau défi de Nicolas Sarkozy

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2013

Le retour de Nicolas Sarkozy sur la scène politique a été précipité par l'invalidation de ses comptes de campagne. L'ex-président a initié une levée de fonds pour sauver l'UMP. En cas de succès, il pourrait en profiter pour se relancer politiquement.

Nicolas Sarkozy remonte sur le ring plus tôt que prévu. Le rejet, jeudi 4 juillet, de ses comptes de campagne par le Conseil constitutionnel a poussé l’ancien chef de l’État à sortir de sa réserve, vendredi, en publiant un message sur Facebook dénonçant une "situation inédite" sous la Ve République. Nicolas Sarkozy est particulièrement exaspéré par le montant de la facture : pour avoir dépassé en 2012 son plafond de campagne de 466 118 euros, l’UMP devra restituer près de 11 millions de dotations publiques.

Une facture salée qui n’est pourtant que la traduction directe des textes de lois, selon Didier Maus, professeur de droit constitutionnel à l'université Paul Cézanne Aix-Marseille, interrogé par FRANCE 24 : "C’est effectivement la première fois que cette sanction frappe un ex-président. Mais il s’agit bien de l’application d’une règle juridique qui existait déjà".

Une règle qui pousse l'UMP déjà lourdement endettée dans une situation de faillite virtuelle : après le remboursement de cette dotation publique, le découvert du principal parti d’opposition s’élèverait à… 46 millions d’euros. La perspective d’un naufrage financier de l’UMP a accéléré le retour de l’ancien hôte de l’Élysée sur le devant de la scène politique.

Un "Sarkothon" pour sauver l'UMP

Après avoir claqué la porte du Conseil constitutionnel et retrouvé sa "liberté de parole", Nicolas Sarkozy sera aux premières loges de la réunion extraordinaire du bureau politique de l’UMP prévue lundi prochain. Objectif : lancer une grande souscription nationale afin de sauver les comptes du parti de droite.

L’avenir de l’ancien locataire de l’Élysée va se jouer sur la réussite ou l’échec de cette levée de fonds, estime Thomas Guénolé, maître de conférence à Sciences Po et auteur de "Nicolas Sarkozy, chronique d’un retour impossible ?".

Dans un entretien à l’agence Reuters, Thomas Guénolé souligne que l’ancien président s’est drapé dans les habits du sauveur qu’il affectionne tant en délivrant un "appel au peuple de droite pour sauver l’UMP en particulier et la démocratie en général":

"C'est un Sarkothon, son succès vaudrait plébiscite financier du retour de Nicolas Sarkozy par les électeurs de droite, c'est un quitte ou double (…) Si cette souscription est un succès, c'est tapis".
 

Avec dépêches

Première publication : 05/07/2013

  • FRANCE

    Comptes rejetés : Sarkozy dénonce "une situation inédite sous la Ve République"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Rejet des comptes de Sarkozy : l'UMP appelle à la générosité des militants

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy démissionne du Conseil constitutionnel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)