Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

FRANCE

Comptes rejetés : Sarkozy dénonce "une situation inédite sous la Ve République"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2013

Nicolas Sarkozy, dont les comptes de campagne de la présidentielle de 2012 ont été invalidés jeudi par le Conseil constitutionnel, a dénoncé, ce vendredi sur Facebook, une "situation inédite sous la Ve République" qui met "en péril" l'UMP.

L'ancien chef de l'État Nicolas Sarkozy, dont les comptes de campagne ont été rejetés définitivement jeudi par le Conseil constitutionnel, a qualifié, vendredi dans un message sur sa page Facebook, la situation d'"inédite sous la Ve République" et a promis de s'engager pour garantir "une expression démocratique libre dans notre pays".

Le Conseil constitutionnel a, en effet, confirmé le rejet du compte de la campagne présidentielle en 2012 de Nicolas Sarkozy, au motif qu'il avait dépassé le plafond des dépenses autorisées de 466 118 euros. Cette décision a pour effet de priver son camp d'un remboursement de la part de l'État d'environ 11 millions d'euros, sur un budget de campagne d'environ 23 millions, ce qui, selon l'ancien chef d'État, plonge l'UMP dans une crise financière aiguë.

"Toutes les formations politiques ont été remboursées par l'État à l'exception de l'UMP. Cette situation inédite sous la Ve République met en péril la formation qui doit préparer l'alternance tellement nécessaire au socialisme", dénonce Nicolas Sarkozy sur Facebook.

"Garantir l'expression démocratique libre"

Selon l'ancien président, "un principe nouveau" a "été mis en œuvre : pour un dépassement, que nous avons contesté, de 400 000 euros soit 2,1 % du compte de campagne s'applique une sanction de 100 % soit 11 millions d'euros".

"Au-delà de la seule UMP, cet état de fait doit concerner tous ceux qui sont attachés au pluralisme", a par ailleurs ajouté l'ancien chef de l'État.

Une constation qui l'amène à envisager une forme d'action politique. "Je dois assumer mes responsabilités en m'engageant pour la garantie d'une expression démocratique libre dans notre pays. Je vous demande de m'aider en vous mobilisant, comme je vais le faire, à cette fin",  a ainsi écrit M. Sarkozy dans ce message.

L'UMP lance un appel à contribution

Nombre de voix au sein de l'UMP se sont élevées pour s'indigner envers cette décision. Peu après l'annonce de la nouvelle, le président du parti Jean-François Copé a annoncé le lancement par l'UMP d'"une grande souscription nationale".

Depuis jeudi soir, les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne, sur le site du parti. "La voix de l'UMP ne s'éteindra pas", a écrit M. Copé dans un message accompagnant le formulaire, en s'adressant aux militants, sympathisants mais aussi aux Français "qui ne partagent pas forcément toutes nos idées, mais qui considèrent indispensable, vital même, qu'un grand parti de droite et du centre s'attèle à préparer l'avenir des enfants de France".

L'UMP avait annoncé le lancement de la souscription pour le 8 juillet. Mais "vu le nombre de mails et de coups de téléphone reçus au siège" de la part de donateurs potentiels, le premier parti de l'opposition a décidé de la mettre en ligne sur son site dès jeudi soir.

Car s'il est vrai que la décision des Sages met à mal les finances du parti de droite, ces dernières se portaient déjà plutôt mal. Depuis les élections législatives de 2012 et la perte de 125 députés par rapport à la mandature précédente, les finances de l'UMP se sont réduites comme peau de chagrin, la dotation de l'État, proportionnelle au nombre d'élus, étant passée d'un peu plus de 33 millions à un peu plus de 20 millions d'euros.

Avec dépêches

Première publication : 05/07/2013

  • FRANCE

    Rejet des comptes de Sarkozy : l'UMP appelle à la générosité des militants

    En savoir plus

  • FRANCE

    Présidentielle 2012 : les comptes de campagne de Sarkozy invalidés par le Conseil constitutionnel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy démissionne du Conseil constitutionnel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)