Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

Afrique

L'Union africaine suspend l'Égypte suite à la destitution de Mohamed Morsi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/07/2013

L'Union africaine a fait savoir qu'elle suspendait "la participation de l'Égypte à ses activités", suite au renversement par l'armée, le 3 juillet, de Mohamed Morsi.

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine a suspendu vendredi la participation de l'Egypte à l'organisation panafricaine, après le renversement par l'armée du président égyptien Mohamed Morsi, selon un communiqué officiel.

L'UA a pour politique de suspendre tout Etat-membre où se produit un "changement inconstitutionnel de pouvoir". Cette mesure dure généralement jusqu'au retour à l'ordre constitutionnel.

"Le Conseil a décidé de suspendre la participation de l'Egypte aux activités de l'UA", a déclaré à la presse le secrétaire du Conseil de paix et de sécurité, Admore Kambudzi, lisant un communiqué officiel, à l'issue de plus de trois heures de réunion du CPS.

"Le Conseil réitère la condamnation et le rejet par l'UA de toute prise illégale du pouvoir", a poursuivi M. Kambudzi, "le renversement du président (Morsi) démocratiquement élu n'obéit pas aux dispositions pertinentes de la Constitution égyptienne et correspond donc à la définition du changement inconstitutionnel de pouvoir".

Au début de la réunion, l'ambassadeur égyptien auprès de l'UA, Mohamed Edrees, avait tenté de convaincre le CPS de ne pas suspendre son pays, arguant que l'armée n'avait fait que répondre à l'appel du peuple égyptien et que le renversement de M. Morsi n'était que la suite de la révolution populaire ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir en février 2011.

L'Egypte n'avait alors pas été suspendue de l'UA.

"J'ai défendu le cas de l'Egypte devant le CPS", a expliqué à la presse M. Edrees, sorti environ deux heures avant la décision.

"Depuis le début du printemps arabe, celui-ci pose un défi à (...) l'Union africaine. L'UA, à l'époque (du renversement de M. Moubarak), avait décidé que ce qui s'était passé en Egypte était une révolution populaire et devait donc être traité en conséquence", a-t-il souligné.

Le renversement de M. Morsi est une nouvelle "phase de ce qui s'est passé auparavant et mérite le même traitement", a-t-il argué.

Première publication : 05/07/2013

  • ÉGYPTE

    "Coup d’État" en Égypte : les islamistes dans la rue, l’armée appelle à l’unité

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Morsi déchu, la communauté internationale appelle au retour de la démocratie

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Adly Mansour, l'homme de l'après-Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)