Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

FRANCE

Abdulqader Guled Saïd, "faux pirate" naufragé en région parisienne

© FRANCE 24

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/07/2013

Accusé de piraterie, Abdulqader Guled Saïd a passé plus de quatre ans emprisonné en France. Libéré en juin 2012, le Somalien, qui vit aujourd’hui dans un foyer de la région parisienne, est en proie à de graves troubles psychiatriques.

Il y a un peu plus de cinq ans, Abdulqader Guled Saïd était encore un modeste pêcheur de langoustes dans l’océan Indien. Basé dans la ville portuaire de Gaa’rad, il avait pour habitude, à la fin de chaque saison de pêche, de retourner chez lui, dans une bourgade située à environ 200 km de la côte, pour y retrouver son épouse et son petit garçon de quatre ans.

Le 12 avril 2008, il peine à trouver un taxi collectif pour le ramener chez lui. Il croise alors son frère, qui l’embarque dans un 4x4 en direction de sa ville. Dans le véhicule, des armes, de l’argent… Il est à bord de la voiture des pirates somaliens qui viennent de quitter le voilier français le Ponant, dont ils avaient pris l’équipage en otage quelques jours plus tôt dans le Golfe d’Aden.

La vie d’Abdulqader Guled Saïd bascule ce jour là, quand les forces françaises prennent la voiture d’assaut. Tous les passagers – dont Abdulqader – sont arrêtés et envoyés en France. L’homme est emprisonné, pour être finalement acquitté en juin 2012, en même temps qu'un autre faux pirate somalien. Il a passé quatre ans et deux mois en prison. Un calvaire dont il n’est pas sorti indemne : il a développé, derrière les barreaux, une pathologie psychiatrique : le syndrome de Ganser, appelé aussi psychose de prison.

Victime d’hallucinations, l’homme a été retrouvé nu dans la cour de promenade, a été pris de crises de paranoïa, a bu du shampoing, de l’eau de javel. "L’emprisonnement fut une grande souffrance, témoigne Abdulqader au micro de FRANCE 24. Je ne parlais pas la langue et je ne connaissais personne dans ce pays. Petit à petit, j’ai perdu la raison".

En quatre ans, il n’a reçu aucune nouvelle de sa famille

Pendant les deux premières années de sa détention, le Somalien n’a pu parler à personne dans sa langue maternelle, mis à part une ou deux heures de temps en temps quand ses avocats venaient accompagnés d'interprètes. En quatre ans, il n’a eu aucune nouvelle de sa famille. "Ses surveillants ont mis plusieurs semaines à comprendre qu’il voulait se faire couper les cheveux", racontait son avocat, maître Augustin d’Ollone en juin 2012, lors de l’acquittement de son client.

Un an après sa libération, Abdulqader est toujours profondément marqué par sa détention. "C’est un homme handicapé, confie à FRANCE 24 maître Augustin d’Ollone. Il ne peut pas effectuer les gestes les plus simples de la vie courante. Il a besoin d’être en permanence assisté". En compensation de ces quatre ans et deux mois de détention abusive, l’État français a versé 94 000 euros d’indemnisation à Abdulqader Guled Saïd. Beaucoup trop peu, aux yeux de son avocat.

Aujourd’hui, l’homme vit dans un foyer de la région parisienne. Impossible pour lui de rentrer en Somalie : il y subirait des représailles. "J’ai dit publiquement tout ce que je savais sur les pirates, et ils le savent, assure-t-il. Si je rentre, j’ai peur qu’ils me persécutent ou qu’ils me tuent". Ce qu’il souhaite désormais ? Obtenir l’asile en France et y faire venir son épouse et son fils.

Première publication : 06/07/2013

  • FRANCE

    Six pirates présumés jugés à Paris pour l'attaque du Ponant

    En savoir plus

  • FRANCE

    Peines de 4 à 8 ans de prison pour cinq pirates somaliens

    En savoir plus

  • FRANCE - REPORTAGE

    Des pirates somaliens déracinés aux mains de la justice française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)