Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : des milices sunnites aident les Peshmergas à lutter contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Nigeria souhaite bonne chance à Buhari"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots vides"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Prise d'otage sanglante à Istanbul

En savoir plus

FOCUS

Iran - Oman : avec les contrebandiers du détroit d'Ormuz

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

Afrique

Levée de l'état d'urgence au Mali avant le début de la campagne électorale

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/07/2013

À la veille du début de la campagne présidentielle au Mali, l'état d'urgence a été levé samedi dans le pays. En vigueur depuis le 12 janvier, cette mesure interdisait les rassemblements et manifestations de rue pouvant troubler l'ordre public.

L'état d'urgence qui était en vigueur au Mali depuis le 12 janvier, a été levé samedi à la veille du lancement de la campagne pour le premier tour de l'élection présidentielle du 28 juillet, a appris l'AFP auprès du ministère de la Sécurité.



L'état d'urgence, qui interdisait réunions publiques, rassemblements et manifestations de rue de nature à troubler l'ordre public, avait été instauré le 12 janvier, deux jours après l'offensive surprise lancée vers le Sud par des groupes islamistes armés qui contrôlaient depuis neuf mois le Nord du Mali.

Cette offensive avait précipité l'intervention de l'armée française au Mali, en cours depuis le 11 janvier, contre les groupes jihadistes et criminels liés à Al-Qaïda, désormais en grande partie chassés du nord du pays.

La décision de lever l'état d'urgence, qui avait été reconduit à deux reprises depuis janvier, intervient à la veille du lancement de la campagne électorale de la présidentielle pour laquelle la Cour constitutionnelle a validé vendredi 28 candidatures sur 36.

Elle a également été prise au lendemain de l'entrée de quelque 150 soldats maliens dans la ville de Kidal (à 1.500 km au nord-est de Bamako) qui était occupée par la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).


Cette entrée des soldats maliens à Kidal s'est faite parallèlement au cantonnement des combattants du MNLA dans la ville, conformément à un accord signé le 18 juin à Ouagadougou entre le gouvernement malien de transition et la rébellion touareg.

La présidentielle devrait donc pouvoir se tenir à Kidal comme dans le reste du territoire malien, ce qui était une exigence du gouvernement et de la communauté internationale.

AFP

Première publication : 06/07/2013

  • MALI

    Candidats à la présidentielle malienne : poids lourds et nouveaux venus

    En savoir plus

  • MALI

    Au Mali, l'ONU prend le relais des troupes africaines

    En savoir plus

  • MALI

    Course contre-la-montre au Mali pour organiser la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)