Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

LE DÉBAT

Marine Le Pen au Liban : que va chercher la candidate du FN ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Marine Le Pen au Liban : que va chercher la candidate du FN ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Dakota du Nord : les Amérindiens demandent le gel du chantier de l'oléoduc

En savoir plus

Moyen-orient

La police disperse des manifestants anti-Erdogan à Istanbul

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/07/2013

La police anti-émeute a fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau pour disperser plusieurs centaines de manifestants qui voulaient à nouveau investir samedi soir la place Taksim à Istanbul, centre névralgique de la contestation.

Les forces de l’ordre ont eu recours aux grenades lacrymogènes et canons à eau pour disperser ce samedi plusieurs centaines de manifestants qui tentaient de pénétrer dans le parc Gezi d’Istanbul, point de départ d'un mouvement de contestation sans précédent contre le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

"Plateforme Solidarité Taksim", l’un des principaux groupes à l’origine du mouvement, avait appelé à un rassemblement dans le parc, fermé au public depuis les troubles fin mai.

Aucune manifestation ne sera tolérer dans ce parc qui doit rouvrir dimanche, a prévenu Hüseyin Avni Mutlu, le gouverneur de la mégalopole turque. "Nous prévoyons de rouvrir le parc Gezi demain (dimanche) ou au plus tard lundi pour qu'il soit mis à la disposition de tous les citoyens", a-t-il déclaré à la presse. "Les parcs ne sont pas des lieux pour des manifestations (...) Ils doivent servir d'endroit de repos, de tranquillité pour tous les citoyens", a-t-il souligné, rappelant que la police n’hésiterait pas à intervenir en cas de nouveau rassemblement.

C’est dans le parc Gezi, l’un des derniers espaces vert d’Istanbul, qu’est née la fronde contre le gouvernement conservateur de recep tayyip Erdogan au pouvoir depuis 2002. Des militants écologistes, opposés à l'arrachage des arbres de ce parc pour un projet de construction urbain, en avaient été violemment délogés le 31 mai dernier par les forces de l'ordre, déclenchant une fronde inédite de trois semaines contre les dirigeants au pouvoir accusés de vouloir islamiser la société. Un tribunal avait finalement invalidé le projet de destruction du parc.
 

Avec dépêches

Première publication : 06/07/2013

  • TURQUIE

    Le projet de rénovation de la place Taksim annulé par la justice

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Après Gezi, la vie continue et la mobilisation aussi

    En savoir plus

  • TURQUIE

    "L'homme debout", nouvelle forme de contestation anti-Erdogan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)