Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

Afrique

Confusion autour de la nomination d'un exécutif provisoire en Égypte

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/07/2013

L'Égypte était toujours dans l'attente, dimanche soir, de la nomination d'un exécutif de transition. Dans le même temps, de nouvelles manifestations avaient lieu entre anti et pro-Morsi , risquant d'entraîner de nouvelles violences.

Des dizaines de milliers d'opposants à Mohamed Morsi se sont rassemblés dimanche 7 juillet en Égypte, notamment sur la place Tahrir au Caire. Une démonstration de force destinée à prouver que l'ex-président islamiste a été renversé par une révolution populaire et non un coup d'État. Des avions de chasse rasaient les toits de la capitale, lâchant derrière eux de la fumée aux couleurs du drapeau national et, place Tahrir, la mobilisation se voulait pacifique, après des heurts très violents vendredi entre pro et anti-Morsi.

Mobilisations monstres des deux camps au Caire

De leur côté, les islamistes mobilisent toujours leurs troupes pour maintenir la pression sur l'armée, qui détient Mohamed Morsi depuis sa destitution, et dénoncer l'"État policier" qu'elle a instauré, selon eux. Les partisans du président déchu étaient massés par milliers près de l'université du Caire, dans le quartier de Guizeh, devant une mosquée du faubourg de Nasr City, ainsi que devant la Garde républicaine, où quatre des leurs sont morts vendredi lors d'échanges de tirs avec des soldats.

Ces mobilisations rivales font craindre de nouvelles violences, alors que de difficiles tractations se poursuivent en vue de la nomination d'un exécutif provisoire. Vendredi, au moins 37 personnes avaient été tuées et plus de 1 400 autres blessées à travers le pays en marge de rassemblements de dizaines de milliers de sympathisants des Frères musulmans, dont est issu Mohamed Morsi.

Les tractations se poursuivent pour constituer un exécutif provisoire

Dimanche soir, le porte-parole de la présidence intérimaire a indiqué sur la chaîne privée ONTV que Ziad Bahaa Eldin, un technocrate de 48 ans, qui a dirigé plusieurs institutions économiques égyptiennes, sera "très probablement" nommé Premier ministre en Égypte, tandis que Mohamed el-Baradei prendra la vice-présidence. Le choix de l’ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la Paix comme chef du gouvernement, annoncé une première fois samedi soir par l'agence officielle Mena et plusieurs sources politiques et militaires, s'est heurté aux objections du parti salafiste Al-Nour, partenaire islamiste d'une coalition principalement composée de mouvements laïques.

Alors que la transition a été lancée avec la nomination d'Adly Mansour comme président par intérim et la dissolution de la chambre haute dominée par les islamistes, les nouvelles autorités ne souhaitent pas s'aliéner les salafistes. Néanmoins, Mohamed el-Baradei apporterait la caution d'une personnalité internationalement reconnue, aux fermes convictions démocratiques, à un gouvernement qui doit se mettre en place en vertu d'une "feuille de route" présentée par l'armée.

"On ne peut pas parler de réconciliation nationale et ensuite nommer l'opposant le plus virulent de M. Morsi Premier ministre", a déclaré à l'AFP un haut responsable d'Al-Nour, Nader Baqqar. Un proche d'El-Baradei a confié craindre qu'une telle nomination ne "pousse les salafistes dans les bras" des Frères musulmans. Selon des sources politiques, des tractations auraient lieu à propos des ministères à confier à des partisans d'Al-Nour afin qu'ils acceptent Mohamed el-Baradei.

La lourde mission du prochain chef de gouvernement

Ce dernier a, dans un entretien à l'hebdomadaire allemand "Der Spiegel", assuré qu'il voulait "l'intégration des Frères musulmans dans le processus de démocratisation", et a souhaité que Mohamed Morsi "soit traité avec dignité", alors qu'une campagne d'arrestations et de procédures judiciaires a été lancée contre la confrérie. Quel qu'il soit, le prochain chef de gouvernement aura une lourde mission, le pays étant au bord de la banqueroute financière et en proie à une polarisation donnant lieu à des violences meurtrières. La Constitution a été suspendue et le pouvoir législatif, dominé par les islamistes, a été dissout depuis la chute de Mohamed Morsi.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé que l'Égypte était au bord d'une guerre civile. Son homologue américain Barack Obama a répété ne soutenir "aucun (...) groupe égyptien particulier", tandis que l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair a défendu le coup militaire, estimant que l'alternative était "le chaos".

Avec dépêches

Première publication : 08/07/2013

  • ÉGYPTE

    Reportage : "Nous sommes prêts à sacrifier notre sang pour le président Morsi"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La destitution de Morsi galvanise les mouvances radicales et djihadistes

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Crise en Égypte : "Les Frères musulmans ont gâché une occasion historique"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)