Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Angela Merkel à Kiev pour arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

Afrique

Le Mali se lance dans la campagne présidentielle

© AFP - Archives

Vidéo par Melissa BELL

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/07/2013

Le coup d’envoi de la campagne électorale a été donné ce dimanche au Mali pour les 28 candidats de l’élection présidentielle du 28 juillet. Ils auront à peine trois semaines pour sillonner le pays toujours en proie à l’instabilité.

Au lendemain de la levée de l’état d’urgence, en vigueur au Mali depuis le 12 janvier 2013, les candidats à la présidentielle ont donné le coup d’envoi de leur campagne électorale. Ils n’auront que trois semaines pour parcourir le Mali, grand comme deux fois la France, et tenter de convaincre les quelque sept millions d’électeurs appelés aux urnes le 28 juillet prochain. Il s’agit de la campagne électorale la plus courte de l’histoire du pays.

Vingt-huit personnes, dont une seule femme, se sont portées candidates au premier tour de l’élection présidentielle. Parmi elles figurent les anciens Premier ministres Ibrahim Boubacar Keita, Cheick Modibo Diarra, Modibo Sidibé et Soumana Sacko, ainsi que Soumaïla Cissé, ancien président de la Commission de l'Union économique et monétaire de l'Afrique de l'Ouest (Uémoa).

 
La polémique sur la date du scrutin continue
 
Un autre candidat, Tiébilé Dramé, un ancien ministre et l’un des artisans d'un accord entre le gouvernement de Bamako et la rébellion touareg signé le 18 juin à Ouagadougou, a assuré, au cours de son premier meeting de campagne dimanche, qu’il allait saisir le Conseil constitutionnel malien pour demander le report de l’élection. La date du scrutin, maintenue au 28 juillet sous la pression de la France, a été l’objet de vives polémiques.
             
"Les conditions ne sont pas du tout réunies pour l'organisation du scrutin. Il y a de l'autisme de la part des pouvoirs publics. Le gouvernement n'est pas prêt, le ministre de l'Administration territoriale n'est pas prêt, contrairement à ce qu'il dit, la Céni [Commission électorale nationale indépendante, NDLR] n'est pas prête", a déclaré Tiébilé Dramé à l'AFP peu avant son discours.

Les problèmes de logistique s’enchaînent. Le Mali ne disposant pas de suffisamment d’avions, c’est la mission de maintien de la paix de l’ONU et les forces françaises Serval qui s’occuperont d’acheminer le matériel et le personnel sur l’ensemble des bureaux de vote du pays.
 
L’instabilité persiste
 
Les autorités se sont également attelées à la distribution des cartes d’électeur. Les habitants se déplacent en masse pour venir les chercher. "Une vraie pagaille", assure un membre de la Céni, interrogé par RFI. "Mais que voulez-vous, c’est un cas de force majeure, l’élection doit se faire".

Outre la question de l’organisation administrative du scrutin, le problème sécuritaire se pose de façon insistante. L’instabilité continue de régner dans plusieurs zones du Mali. C’est notamment le cas à Kidal, bastion de la rébellion touareg dans le nord-est du pays. Les troupes maliennes n’ont repris que vendredi le contrôle de la ville jusqu’alors aux mains du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

L’arrivée d’environ 200 militaires de l’armée régulière malienne à Kidal a soulevé l’hostilité d’une partie de la population de la ville, qui a manifesté samedi. "La paix est fragile à Kidal", a affirmé à Reuters une source sécuritaire basée dans la ville. Dans la nuit de vendredi à samedi, deux points de contrôle tenus par la Minusma, la force de paix de l'Onu, ont été attaqués par des hommes armés aux abords de Kidal.
 
Jusqu’à samedi, le pays était soumis à un couvre-feu et à l’interdiction des réunions publiques, des rassemblements et des manifestations de rue. L’état d’urgence, maintes fois reconduit par le ministère de la Sécurité depuis l’offensive surprise lancée début janvier par des groupes islamistes armés établis dans le Nord, a donc été levé. Après la plus grave crise qu’ait connue le pays au cours de son histoire récente, cette mesure est le signe d’un retour progressif à la normale.
 
Avec dépêches


 

Première publication : 07/07/2013

  • MALI

    Candidats à la présidentielle malienne : poids lourds et nouveaux venus

    En savoir plus

  • MALI

    Au Mali, l'ONU prend le relais des troupes africaines

    En savoir plus

  • MALI

    Course contre-la-montre au Mali pour organiser la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)