Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Moyen-orient

Le parc Gezi de nouveau fermé à Istanbul, les manifestants dispersés par la police

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/07/2013

Après avoir a nouveau tenté d’investir la place Taksim lundi à Istanbul, des centaines d'opposants turcs ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes par la police turque.

Lieu symbolique du mouvement de contestation anti-gouvernementale auquel fait face le gouvernement islamiste de Recep Tayyip Erdogan depuis le mois de mai, le parc Gezi, à Istanbul, qui avait été occupé plus de deux semaines par les manifestants, est de nouveau accessible au public depuis le 7 juillet. Mais les contestataires ne désarment pas pour autant. Des centaines d'entre eux ont été dispersés lundi soir à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau par la police turque alors qu'ils tentaient de gagner le parc Gezi, fermé depuis le début de l'après-midi.

Des échauffourées se sont ensuite poursuivies entre la police et les manifestants, les jets de bouteilles répondant aux tirs de grenades lacrymogènes et de billes en plastique. Plusieurs personnes ont été interpellées, ont constaté des journalistes de l'AFP.
 

Nouvelles formes de contestation

Pour Fatma Kizilboga, correspondante de FRANCE 24 à Istanbul, si les manifestants "n’ont pas dit leur dernier mot", l'objectif n'est pas de "réoccuper le parc". Après avoir été délogé par la force de la place Taksim, le mouvement de contestation sociale a pris une nouvelle forme. Depuis trois semaines, les opposants se réunissent dans les parcs publics d’Istanbul, et d’autres villes du pays, afin d’y tenir ce qu’ils appellent des forums. Des réunions durant lesquelles ils débattent de la politique menée par le Parti pour la justice et le développement [AKP, au pouvoir] qu’ils accusent de dérive autoritaire."

"On s'attend à de nouveaux échauffourées"

Mise en garde contre les manifestants

"Aucune manifestation n'y sera désormais tolérée", avait toutefois prévenu, samedi, le gouverneur de la mégalopole turque, Hüseyin Avni Mutlu. "Les parcs ne sont pas des lieux pour des manifestations […] Ils doivent servir d'endroit de repos, de tranquillité pour tous les citoyens", a-t-il indiqué à l’adresse des protestataires.

Samedi soir, plusieurs milliers de personnes avaient déjà tenté, en vain, d’occuper de nouveau la place Taksim, autre bastion de la fronde d’où ils avaient été délogés le 15 juin. Les manifestants se sont rapidement heurtés aux forces de l’ordre qui les ont maintenus à distance par des jets sporadiques de grenades de gaz lacrymogène.


C’est au parc Gezi qu’avait pris naissance, en mai, le mouvement de contestation sans précédent contre le régime islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002. Des militants écologistes, opposés à l'arrachage des arbres du parc pour un projet de construction, en avaient été violemment délogés le 31 mai par les forces de l'ordre, déclenchant une fronde inédite de trois semaines contre les dirigeants au pouvoir accusés d'autoritarisme et de vouloir islamiser la société. Des milliers de manifestants avaient occupé jour et nuit le parc Gezi avant d'être évacués au cours d'une intervention policière d'envergure le 16 juin.

Au moins quatre personnes ont péri et plus de 7 800 autres ont été blessées lors des manifestations récentes à travers la Turquie, selon l'Union des médecins de Turquie. Des milliers de personnes ont, par ailleurs, été interpellées, mais la grande majorité d'entre elles ont été relâchées.

Avec dépêches
 

Première publication : 08/07/2013

  • TURQUIE

    La police disperse des manifestants anti-Erdogan à Istanbul

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le projet de rénovation de la place Taksim annulé par la justice

    En savoir plus

  • TURQUIE

    "L'homme debout", nouvelle forme de contestation anti-Erdogan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)