Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Moyen-orient

Le parc Gezi de nouveau fermé à Istanbul, les manifestants dispersés par la police

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/07/2013

Après avoir a nouveau tenté d’investir la place Taksim lundi à Istanbul, des centaines d'opposants turcs ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes par la police turque.

Lieu symbolique du mouvement de contestation anti-gouvernementale auquel fait face le gouvernement islamiste de Recep Tayyip Erdogan depuis le mois de mai, le parc Gezi, à Istanbul, qui avait été occupé plus de deux semaines par les manifestants, est de nouveau accessible au public depuis le 7 juillet. Mais les contestataires ne désarment pas pour autant. Des centaines d'entre eux ont été dispersés lundi soir à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau par la police turque alors qu'ils tentaient de gagner le parc Gezi, fermé depuis le début de l'après-midi.

Des échauffourées se sont ensuite poursuivies entre la police et les manifestants, les jets de bouteilles répondant aux tirs de grenades lacrymogènes et de billes en plastique. Plusieurs personnes ont été interpellées, ont constaté des journalistes de l'AFP.
 

Nouvelles formes de contestation

Pour Fatma Kizilboga, correspondante de FRANCE 24 à Istanbul, si les manifestants "n’ont pas dit leur dernier mot", l'objectif n'est pas de "réoccuper le parc". Après avoir été délogé par la force de la place Taksim, le mouvement de contestation sociale a pris une nouvelle forme. Depuis trois semaines, les opposants se réunissent dans les parcs publics d’Istanbul, et d’autres villes du pays, afin d’y tenir ce qu’ils appellent des forums. Des réunions durant lesquelles ils débattent de la politique menée par le Parti pour la justice et le développement [AKP, au pouvoir] qu’ils accusent de dérive autoritaire."

"On s'attend à de nouveaux échauffourées"

Mise en garde contre les manifestants

"Aucune manifestation n'y sera désormais tolérée", avait toutefois prévenu, samedi, le gouverneur de la mégalopole turque, Hüseyin Avni Mutlu. "Les parcs ne sont pas des lieux pour des manifestations […] Ils doivent servir d'endroit de repos, de tranquillité pour tous les citoyens", a-t-il indiqué à l’adresse des protestataires.

Samedi soir, plusieurs milliers de personnes avaient déjà tenté, en vain, d’occuper de nouveau la place Taksim, autre bastion de la fronde d’où ils avaient été délogés le 15 juin. Les manifestants se sont rapidement heurtés aux forces de l’ordre qui les ont maintenus à distance par des jets sporadiques de grenades de gaz lacrymogène.


C’est au parc Gezi qu’avait pris naissance, en mai, le mouvement de contestation sans précédent contre le régime islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002. Des militants écologistes, opposés à l'arrachage des arbres du parc pour un projet de construction, en avaient été violemment délogés le 31 mai par les forces de l'ordre, déclenchant une fronde inédite de trois semaines contre les dirigeants au pouvoir accusés d'autoritarisme et de vouloir islamiser la société. Des milliers de manifestants avaient occupé jour et nuit le parc Gezi avant d'être évacués au cours d'une intervention policière d'envergure le 16 juin.

Au moins quatre personnes ont péri et plus de 7 800 autres ont été blessées lors des manifestations récentes à travers la Turquie, selon l'Union des médecins de Turquie. Des milliers de personnes ont, par ailleurs, été interpellées, mais la grande majorité d'entre elles ont été relâchées.

Avec dépêches
 

Première publication : 08/07/2013

  • TURQUIE

    La police disperse des manifestants anti-Erdogan à Istanbul

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le projet de rénovation de la place Taksim annulé par la justice

    En savoir plus

  • TURQUIE

    "L'homme debout", nouvelle forme de contestation anti-Erdogan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)