Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Amériques

Le bilan s'alourdit deux jours après l'explosion d'un train au Québec

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/07/2013

Cinquante personnes étaient toujours portées disparues, lundi soir, à Lac-Mégantic au Québec, plus de 48 heures après l’explosion d’un train transportant du pétrole. Le bilan officiel provisoire s'élève pour l'instant à treize morts.

L'explosion d'un train de wagons-citernes transportant du pétrole dans la nuit de vendredi à samedi dans la petite ville québécoise de Lac-Mégantic a fait 13 morts, selon un nouveau bilan rendu public lundi par la police.

"On parle de plus ou moins 50 personnes manquantes, ce qui comprend évidemment les 13 victimes", a dit lors d'une conférence de presse un porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ, police provinciale). Le dernier bilan faisait état de 5 décès et 40 disparus.

Les incendies déclenchés par la gigantesque explosion d'un convoi de wagons-citernes, dans la nuit de vendredi à samedi, dans une petite ville québécoise ont été maîtrisés, ont annoncé dimanche 7 juillet les autorités.

Une explosion de moyenne intensité a toutefois été entendue peu après 22 heures (2h00 GMT lundi). Les policiers ont indiqué qu'ils ignoraient dans l'immédiat la cause de la nouvelle déflagration.

Trois heures plus tôt, les pompiers avaient annoncé qu'il n'y avait plus de de flamme dans la zone de deux kilomètres carrés rasée par l'accident. "Les feux sont éteints. On a gagné", s'était ainsi félicité le chef des sapeurs-pompiers, Denis Lauzon.

Petite ville touristique située au bord d'un lac, au coeur d'un vaste massif forestier, Lac-Mégantic s'était embrasé vers 1h30 (5h30 GMT) samedi, lorsqu'un train convoyant du pétrole brut a déraillé en plein centre-ville.

Les témoins ont décrit un véritable "mur de feu", qui s'est abattu sur la rue principale encore assez animée en cette chaude nuit d'été. En particulier, le bar Musi-Café a été littéralement pulvérisé par le souffle de l'explosion des citernes. "On ne va retrouver que les dents", a dit à l'AFP un pompier arrivé sur les lieux quelques minutes plus tard, expliquant que le brut s'était déversé tel une coulée de lave.

Ceux qui ont réussi à échapper au déluge de flammes ont décrit des scènes d'horreur, estimant à une cinquantaine de personnes le nombre de clients alors présents dans le bar. "Une petite fille en flammes (...) criait +sauvez-moi, sauvez-moi+", a raconté Jean-Guy Nadeau alors qu'il se rendait à la messe dimanche matin.

En tout, un trentaine de blocs de bâtiments auraient été pulvérisés.

"C'est comme une zone de guerre. C'est incroyable, difficile à imaginer", a déclaré le Premier ministre canadien Stephen Harper après avoir visité dimanche le centre-ville dévasté.

Boîte noire retrouvée

Avec la fin de l'incendie, une petite partie des 2.000 personnes évacuées ont pu regagner leur domicile dimanche, et les enquêteurs espèrent pouvoir se rendre sur ce qu'ils considèrent comme "une scène de crime" dès lundi.

En particulier, les inspecteurs du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) souhaitent étudier les différents wagons pour comprendre comment le convoi a pu s'élancer sans conducteur, alors qu'il se trouvait sur une aire de stationnement à une dizaine de kilomètres de la ville meurtrie.

D'ors-et-déjà, les agents du BST ont pu examiner dimanche la locomotive. "On a vérifié tous les mécanismes (et) on a récupéré une copie de la fameuse boîte noire", contenant des données sur neuf paramètres précieux, a dit le responsable de l'enquête, Ed Belkaloul.

"On a aussi récupéré ce qu'on appelle l'unité de détection de freinage, l'équivalent de la boîte noire. Si jamais il y a des problèmes avec la boîte noire, il reste possible d'obtenir des données de cette unité", notamment sur la vitesse et le freinage, a ajouté M. Belkaloul.

L'indignation a par ailleurs gagné les habitants de Lac-Mégantic, à mesure que se confirmait ce qui était jusque là une rumeur: les pompiers de la municipalité voisine de Nantes ont bel et bien été appelés vendredi soir par la compagnie ferroviaire américaine propriétaire du convoi afin d'éteindre un feu à bord d'une des cinq locomotives.

Cet incendie, "qui a duré environ 45 minutes" avait été provoqué "par une fuite d'huile", liée à "un problème mécanique, de moteur", a indiqué sur Radio-Canada le maire de Nantes, Sylvain Gilbert.

Une fois le feu maîtrisé, la compagnie a autorisé les sapeurs-pompiers à regagner leur caserne, a-t-il précisé.

Moins de deux heures plus tard, le train, entraîné par la gravité, déferlait à vive allure dans Lac-Mégantic, provoquant la tragédie.

avec dépêches

Première publication : 08/07/2013

  • CANADA

    Explosion d'un train au Québec : les autorités redoutent un lourd bilan

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Un train de produits toxiques déraille et fait un mort en Belgique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)