Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Moyen-orient

L'attentat au Liban, une réponse à l'implication du Hezbollah en Syrie ?

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 10/07/2013

Plus de cinquante personnes ont été blessées par l'explosion d'une voiture piégée, mardi matin, dans la banlieue chiite du sud de Beyrouth, fief du Hezbollah. Une manière de sanctionner le parti de Dieu pour son intervention en Syrie ?

Un attentat à la voiture piégée a secoué, mardi 9 juillet, la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah chiite, faisant au moins cinquante blessés. L’explosion a eu lieu dans un parking, près d'une coopérative commerciale appelée le Centre de coopération islamique, dans le quartier résidentiel de Bir el-Abed. Ce dernier est également réputé pour abriter des permanences du mouvement politico-militaire pro-iranien. On ignore, pour l'instant, si des responsables du parti de Dieu se trouvaient dans le secteur de l'attentat.

Aussitôt après l'explosion, survenue vers 11h (8h GMT), des membres du Hezbollah,
L'ONU condamne l'attentat de Beyrouth

Le Conseil de sécurité de l'ONU a "condamné fermement" mardi l'attentat à la voiture piégée et a appelé les Libanais à "préserver l'unité nationale".

Dans une déclaration adoptée à l'unanimité de ses 15 membres, le Conseil "appelle tous les Libanais à préserver l'unité nationale face aux tentatives pour nuire à la stabilité du pays".

Les 15 pays membres "soulignent l'importance pour tous les partis libanais de respecter la politique du Liban de dissociation" envers le conflit syrien "et de s''abstenir de toute implication dans la crise syrienne, conformément aux engagements pris dans la déclaration de Baabda". (AFP)

munis de talkies-walkies et arborant un bandeau jaune au bras, se sont déployés dans le périmètre de l’explosion. C’est la deuxième fois en quelques mois que le bastion du parti dirigé par Hassan Nasrallah, adossé à la capitale libanaise, est directement visé. À la fin du mois de mai, deux roquettes se sont abattues sur la banlieue sud de la capitale libanaise. Cependant, c’est la première fois depuis 1985 qu’un attentat est perpétré dans cette zone étroitement quadrillée et contrôlée par le mouvement chiite.
 
Le lien avec la guerre en Syrie "paraît évident"
 
"Aucune accusation officielle n’a été prononcée pour l’instant, les responsables politiques de tous les bords ont préféré condamner unanimement l’attentat et dénoncer un acte qui vise à semer la discorde dans le pays, précisément entre sunnites et chiites", rapporte Badih Karhani, correspondant de FRANCE 24 au Liban. Ali Mekdad, un député du Hezbollah, a estimé de son côté qu’il s’agissait de "l'œuvre d'agents qui cherchent à créer des tensions au Liban".
 
Cette attaque intervient non seulement au premier jour du ramadan pour une partie des chiites au Liban, mais surtout dans un contexte marqué par un regain de tensions confessionnelles, alimentées par la guerre qui ravage depuis plus de deux ans la Syrie voisine. Le Hezbollah s’est attiré les foudres de la rue sunnite libanaise, plutôt favorable à la cause de l'opposition syrienne (elle-même majoritairement composée de sunnites), en raison de son engagement militaire aux côtés des forces du régime de Bachar al-Assad. Ce dernier est issu de la communauté alaouite, dérivée du chiisme.
 
"Le lien avec la guerre en Syrie me paraît évident, d’autant plus que c’est la deuxième fois en peu de temps que la banlieue chiite de Beyrouth est frappée, explique à FRANCE 24 Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (Gremmo). Les roquettes lancées sur cette région en mai l’avaient été en réponse à l’intervention du Hezbollah en Syrie, notamment dans la ville de Qousseir." Selon le politologue, il pourrait s’agir d’un acte de vengeance qui a toutefois une finalité stratégique, consistant à menacer le Hezbollah dans son propre fief pour l’obliger à maintenir ses troupes au Liban et l’empêcher d’envoyer trop d’hommes en Syrie.
 
Le Hezbollah, "responsable moral de l’attentat"
 
"Pour les auteurs, l’objectif est également de diviser le Hezbollah en liant l’attentat à la présence de ses combattants en Syrie, sachant qu’il existe un clivage entre certains responsables pro-iraniens favorables à l’intervention du mouvement en Syrie et d’autres, plus nationalistes libanais, qui estiment que le parti doit se contenter de lutter contre le voisin israélien et donc de rester au Liban", argumente-t-il.
 
Côté syrien, la rébellion, qui avait à plusieurs reprises menacé le Hezbollah de représailles sur le territoire libanais s’il ne mettait pas un terme à son implication militaire en Syrie, a condamné l’attentat. Néanmoins, elle a rendu le parti chiite responsable de cette attaque.
 
"Nous condamnons ce que l’on considère comme un crime terroriste, nous n’accusons personne, cependant le Hezbollah est bel et bien à l’origine de cet attentat, directement ou indirectement, ou du moins il en est responsable moralement de par le climat de tensions confessionnelles qu’il a créé en participant au massacre du peuple syrien depuis plusieurs mois", a déclaré sur l’antenne de FRANCE 24, Louay Mokdad, coordinateur médiatique de l’Armée syrienne libre (ASL).
 
Et de conclure : "Cet attentat sert directement les intérêts du régime de Bachar al-Assad et ses alliés, qui veulent faire imploser la région".

Première publication : 09/07/2013

  • LIBAN

    Attentat à la voiture piégée dans un fief du Hezbollah à Beyrouth

    En savoir plus

  • LIBAN

    L'armée libanaise traque le cheikh salafiste al-Assir et ses partisans

    En savoir plus

  • LIBAN

    Liban : la ville côtière de Saïda, nouveau foyer de tensions sunnito-chiites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)