Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Gaza : tirs meurtriers contre une école de l'ONU, fragile espoir de trêve

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

FRANCE

"C'est ridicule, dans ma famille, on ne commence pas le ramadan en même temps"

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 09/07/2013

Alors que le Conseil français du culte musulman (CFCM) a fixé le début du ramadan à ce mardi, la commission théologique de la Mosquée de Paris l'a annoncé, de son côté, pour mercredi. Une indécision qui sème le trouble chez les fidèles.

"La décision du CFCM a semé la confusion", dénonce vivement Hassen Farsadou, président de l’Union des associations musulmanes de la Seine-Saint-Denis (UAM 93). Son organisation a appelé, lundi 8 juillet au soir, les musulmans de sa région, et plus largement de France, à observer le traditionnel jeûne à partir du mercredi 10 juillet et non du mardi 9 comme préconisé par le Conseil français du culte musulman (CFCM).

L’appel de l'UAM 93 a été lancé en concertation avec le Conseil des imams de France. "La décision a été prise de ne commencer que demain mercredi", martèle Hassen Farsadou. "De très nombreuses mosquées en France ont pris la même décision", assure-t-il. Selon des sites d’informations de sensibilité musulmane, comme Al-Kanz ou Saphirnews, plus de 131 mosquées françaises, dont la Grande mosquée de Paris, se sont désolidarisées de la date annoncée par le CFCM.

Désaveu du CFCM

Mardi midi, c’est la commission théologique de la Mosquée de Paris qui a finalement tranché, désavouant le CFCM, dont le président, Dalil Boubakeur, est également le recteur de la Mosquée de Paris. Le premier jour du jeûne est fixé à mercredi, "la vision de la nouvelle lune s'étant avérée impossible à établir ni en France ni dans les pays musulmans" dans la nuit de lundi à mardi, explique l'instance dans un communiqué.

À l’origine de cette controverse inhabituelle, la décision, début mai, du CFCM de changer le mode de détermination de la date de début du ramadan. L’instance qui représente les musulmans de France, le CFCM, a pour la première fois cette année abandonné la tradition d’observation de la lune en faveur d’un calcul astronomique permettant de déterminer scientifiquement la date de début du jeûne. Un changement de méthode empreint de modernité qui, dès son annonce, a suscité de nombreuses critiques. Nul ne savait en effet si les fidèles accepteraient de se conformer à une date obtenue grâce à un calcul et non plus selon la méthode traditionnelle.

"Les mosquées nous ont appelés hier [lundi] jusqu'à 1 heures du matin, les imams étaient dans le désarroi", a  indiqué à l'AFP Djelloul Seddiki, responsable de la commission théologique de la Mosquée de Paris. Selon lui, les instances dirigeantes du CFCM "se sont trompées de calcul".

Faisant fi des inquiétudes des fidèles ainsi que de la décision de l'Arabie saoudite et de la majorité des pays musulmans, le CFCM a maintenu sa position lundi soir. Selon Dalil Boubakeur, la décision du CFCM fut notamment prise afin de permettre aux musulmans de mieux s’organiser. Rare dans les pays musulmans, la méthode de calcul est toutefois utilisée en Turquie. Pas de quoi convaincre Hassan Farsadou : "depuis plusieurs dizaines d’années, on détermine la date en attendant que le premier pays musulman puisse observer la lune. C’est la tradition coranique, pourquoi y déroger ?"

À quel minaret se vouer ?

De leur côté, les fidèles ne savent plus à quel minaret se vouer. "On n'a jamais connu une telle situation de confusion", déplore Nadia, une jeune pratiquante d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). "Il y a deux mosquées à Aulnay, explique-t-elle. Et celle où je vais suit la date du CFCM."

"C’est ridicule, dans ma famille, on ne débute pas le ramadan en même temps : mes parents, et la plupart de mes frères et sœurs, commencent demain pour suivre la grande majorité du monde arabo-musulman, mais moi, j’ai fait le choix de suivre les instances qui sont censées nous représenter et j’ai déjà commencé le jeûne". Et d'ajouter, inquiète : "Ce qui m’ennuie, c’est que je suis persuadée que le calcul du CFCM est faux et je ne suis pas la seule à le croire".

"Vu la confusion, on a préféré s’aligner sur notre pays d’origine, le Maroc, où le ramadan commence demain", explique pour sa part Khadija, qui réside elle aussi en région parisienne.

"L’essentiel, c’est de jeûner un mois"

Pour Tariq Oubrou, imam de la mosquée de Bordeaux et auteur du livre "Un imam en colère", "il ne faut pas accorder trop d’importance à cette polémique." Lui a choisi le mardi 9 juillet. "Mais de toutes façons, ici, on s’était déjà dit qu’on adopterait la méthode de calcul, même si le CFCM ne le faisait pas".

"La science est un moyen que l’on peut utiliser pour nous informer de la naissance du croissant lunaire. Les Turcs, bien plus modernes que les Arabes en matière de religion, l’ont adoptée depuis longtemps", poursuit l’imam, qui rappelle que les horaires de prière varient d’une mosquée à l’autre. "Si on tolère des disparités sur les heures de prière, pourquoi s’offusquer d’un désaccord sur la date du début du ramadan ? s’indigne-t-il. L’essentiel est bien de jeûner un mois."

Et le religieux de conclure : "le CFCM n’est pas représentatif de tous les musulmans de France, mais uniquement des mosquées qui ont participé à son élection. Libre donc à chaque mosquée de suivre la date de son choix."

Première publication : 09/07/2013

  • FRANCE

    Ramadan en France : les musulmans débuteront-ils le 9 juillet ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)