Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le scandale irlandais"

En savoir plus

  • Reprise des hostilités à Gaza, Israël rappelle ses négociateurs au Caire

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

  • Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

FRANCE

Bernard Tapie prévient qu'il "va se battre" contre "le vol" de ses biens

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/07/2013

Bernard Tapie, mis en examen dans l'affaire de l'arbitrage avec le Crédit Lyonnais, a affirmé mercredi dans un entretien à i-Télé et Europe 1 qu'il comptait faire appel de la saisie de ses biens ordonnée par les juges.

Bernard Tapie a de nouveau pris la parole, mercredi 10 juillet, cette fois pour contester la saisie de ses biens décidée par les juges. Dans une interview accordée à i-Télé et Europe 1, l'homme d'affaires a déclaré qu'on ne pouvait pas "accepter des décisions comme ça". 

"La mise en examen n'a été que pour une seule raison : me prendre mes biens"

L'ancien ministre, âgé de 70 ans, est mis en examen en bande organisée dans l'affaire de l'arbitrage - présumé truqué - qui lui avait octroyé 403 millions d'euros en 2008. 

Dénonçant l'acharnement du pouvoir socialiste, l'homme d'affaires a affirmé que tous ses biens avaient été saisis pour une valeur de 280 millions d'euros et ses comptes bancaires bloqués. À la question de savoir s'il allait contester devant la justice la saisie de ses biens, il a répondu : "Cela va de soi. Dès aujourd'hui". D'après l'AFP qui cite une source proche du dossier, il aurait déjà fait appel de cette saisie. 

Complot

"En réalité, la mise en examen pour escroquerie en bande organisée a été faite uniquement pour pouvoir procéder à ce qu'ils font aujourd'hui, c'est-à-dire la saisie de mes biens", a estimé Bernard Tapie.

"On voit bien qu'ils se sont réunis, les juges, le parquet : 'Alors qu'est-ce qu'on fait pour lui piquer ses biens ?" a-t-il ajouté, sur le ton qu'on lui connaît bien.

"Vous ne croyez pas que je vais poser ma tête sur le billot"

"On va se battre, vous ne pensez pas que je vais rester les bras ballants, en disant 'ben allez-y, j'ai la tête sur le billot, vous avez la hache à la main, coupez'. Vous ne pensez pas que je vais me laisser faire", a-t-il prévenu.

Hollande épargné

"Je ne savais pas qu'on vivait dans un pays où on peut exécuter des gens avant d'avoir été jugés", a encore dit Bernard Tapie, évoquant de nouveau la thèse d'un complot le visant qui serait ourdi par les socialistes.

En revanche, il a dédouané le chef de l'État François Hollande : "Je ne crois pas une seule minute que le président de la République soit à la manoeuvre. Il laisse faire, il n'a pas le courage d'affronter la réalité".

Des réactions politiques contrastées 

Les réactions politiques ne sont pas fait attendre. Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire UMP de Marseille s’est dit, pour sa part, "très surpris" par la décision de justice. "Les hommes et les femmes [qui ont pris l’accord financier en faveur de Bernard Tapie] sont des gens connus de grande qualité qui, à mon avis, respectent les règles et les lois de la République, en tout cas c'est sûrement le cas de Mme Lagarde. Par conséquent, je suis étonné de cet acharnement et je pense même que si Bernard Tapie n'avait pas apporté son appui à Nicolas Sarkozy, les choses seraient allées sans doute tout à fait autrement", a-t-il fait valoir.

Un point de vue que ne partage pas Gilbert Collard, député Ffont national du Gard. "C'est une mesure évidente puisqu'il peut y avoir décision ordonnant quand même le remboursement. Et la conséquence normale, c'est qu'on prenne une mesure conservatoire [...] c'est-à-dire que les biens sont gelés, ils ne sont pas appréhendés. C'est une mesure de bon sens, je ne vois ce qu'il pourrait y avoir de critiquable. Est-ce qu'ils vont aussi saisir 'La Provence au fait' ? Et les journalistes ? [...] À condition qu'il ne se soit pas organisé pour que les biens se trouvent maintenant ailleurs, parce qu'alors là on saisirait du vent" (sur I-Télé).

Avec dépêches

Première publication : 10/07/2013

  • FRANCE

    Affaire Crédit Lyonnais : des biens de Bernard Tapie saisis par la justice

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le fils de Bernard Tapie lance un site internet pour rétablir "la vérité"

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Arbitrage : Bernard Tapie dénonce un complot visant Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)