Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : 6ème anniversaire du début de la Révolution

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Impasse politique en RD Congo : Léonard She Okitundu est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Made for sharing" : avis partagés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Corée du Nord : que recherche Kim Jong Un ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Etats-Unis : Trump achève sa 4ème semaine à la Maison Balnche

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Agriculture biologique : le secteur qui monte, qui monte...

En savoir plus

TECH 24

Startups spatiales : la tête dans les étoiles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La "robolution" est-elle une menace ou une opportunité pour l'emploi ?

En savoir plus

REPORTERS

Profession : homme d’État

En savoir plus

FRANCE

Affaire Crédit Lyonnais : des biens de Bernard Tapie saisis par la justice

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2013

Les juges enquêtant sur l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais ont ordonné la saisie des biens de l'homme d'affaires. Ils estiment qu'il est le principal bénéficiaire d'une escroquerie dont il apparaît comme l'un des organisateurs.

Dans le cadre de l’enquête sur l’affaire de l’arbitrage controversé avec le Crédit Lyonnais pour laquelle Bernard Tapie est mis en examen pour escroquerie en bande organisée, les juges ont ordonné la saisie des biens de l’homme d’affaires.

Selon une information obtenue par le journal "Le Monde", les magistrats instructeurs estiment en effet que Bernard Tapie, qui avait touché 403 millions d’euros dans le cadre d'un contentieux l'opposant à la banque au sujet de la vente d’Adidas, a été "le principal bénéficiaire des sommes versées par le CDR [l'organisme chargé de solder le passif du Crédit lyonnais] au terme d'une escroquerie dont il apparaît comme l'un des organisateurs".

"Ses avoirs sont gelés par la justice jusqu’à ce que la procédure aille à son cours et pour s’assurer que les fonds qui pourraient être récupérés éventuellement par l’État ne disparaissent pas dans la nature", explique ainsi sur l’antenne de FRANCE 24, Fabrice Lhomme, auteur de l’article du "Monde".

"Par exemple, parmi les biens que la justice entend saisir il y a l’hôtel particulier magnifique qu’occupe Monsieur Tapie rue des Saints-Pères [évaluer à 70 millions d’euros, ndlr]. Cela ne l’empêche de continuer à y habiter, mais il ne pourrait pas le revendre. Il ne peut plus s’estimer propriétaire de ce point de vue", décrit le journaliste.

Analyse de Patrice Lhomme, journaliste d'investigation au Monde

Un patrimoine très important

Les juges auraient également saisi sa villa "la Mandala" à Saint-Tropez achetée pour un montant de 48 millions d'euros. Ils auraient par ailleurs demandé l’avis du parquet pour "pour saisir six comptes bancaires, un contrat d'assurance-vie de 180 millions d'euros détenu par la holding Groupe Bernard Tapie domiciliée à Bruxelles, et même les parts de l'homme d'affaires sur la SA Groupe Hersant Media, les journaux La Provence et Nice-Matin", rachetés récemment par l’homme d’affaires.

Selon le quotidien, l’ancien président d’Olympique de Marseille et son épouse Dominique disposent, notamment, de "15 comptes bancaires, en France, mais aussi à Monaco".

Bernard Tapie estime qu’à travers ce qu'il considère comme un complot, c’est Nicolas Sarkozy qui est visé. Une ligne de défense que réfutent les journalistes du "Monde". "Non, il n’y a pas de complot. Le complot qui a été mis au jour, c’est l’inverse. C’est une conspiration visant à truquer un arbitrage. C’est la conclusion auxquels sont parvenus les magistrats", affirme Fabrice Lhomme.

 

 

Avec dépêches
 

Première publication : 10/07/2013

  • INTERNET

    Le fils de Bernard Tapie lance un site internet pour rétablir "la vérité"

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Arbitrage : Bernard Tapie dénonce un complot visant Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arbitrage : Bernard Tapie mis en examen pour escroquerie en bande organisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)