Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Le yoga, nouvelle arme d'influence

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK, organisation de l’État islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : la bourse d'Athènes rouvre dans le rouge après 5 semaines de fermeture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Nucléaire iranien : John Kerry tente de rassurer les monarchies du Golfe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Calais - Migrants : "La frontière tue"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

FRANCE

DSK revient sur les images "terribles" de son arrestation à New York

© Capture d'écran CNN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2013

Dans une interview accordée à la chaîne américaine CNN, Dominique Strauss-Kahn évoque le moment "terrible" où il est apparu menotté devant les caméras du monde entier lors de son arrestation à New York en mai 2011.

Deux ans après son arrestation à New York, Dominique Strauss-Kahn est revenu, mardi 10 juillet, pour laz chaîne américaine CNN sur le moment "terrible", où il a été présenté devant les caméras du monde entier menottes aux poignés alors qu'il "ne comprenait pas ce qui se passait et pourquoi j'étais là".

Dominique Strauss-Kahn, arrêté par la police après avoir été accusé de viol, le 14 mai 2011, par une femme de chambre guinéenne de l'hôtel Sofitel de New York, a affirmé qu'il avait alors ressenti de la "colère", dans cette interview présentée par CNN comme la première en anglais de l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) depuis sa démission de l'institution financière.

Extrait de l'interview qui sera diffusée sur CNN (en anglais non sous-titrée)

"J'étais en colère, je ne comprenais pas ce qui se passait, je ne comprenais pas pourquoi j'étais là. Je comprenais juste qu'il se passait quelque chose que je ne comprenais pas", a indiqué Dominique Strauss-Kahn en évoquant le moment, fréquent aux États-Unis, où une personne qui vient d'être arrêtée est présentée aux caméras et appareils photo des journalistes.

"C'est une chose terrible, vraiment. Le problème, c'est que c'est un moment où dans la société américaine et européenne, vous êtes supposé innocent, vous êtes supposé innocent jusqu'à ce que vous soyez jugé coupable", a ajouté l'ancien directeur général du FMI.

"On vous montre à tout le monde comme si vous étiez un criminel, à un moment où personne ne sait si c'est vrai ou pas. Vous êtes peut-être un criminel, peut-être pas. La preuve vient après. Ce n'est pas juste de mettre les gens dans cette position devant le reste du monde quand on ne sait pas ce qu'ils ont fait", a-t-il poursuivi.

L'interview, dont l'extrait évoquant brièvement l'affaire du Sofitel a été publiée mardi par CNN, sera diffusée mercredi dans sa totalité. Dominique Strauss-Kahn y parle également de l'Europe et du système bancaire en Europe.

"DSK", qui avait dû démissionner après ces accusations de viol de son poste de directeur général du FMI, avait également dû renoncer à ses ambitions présidentielles en France pour le scrutin de 2012. Les poursuites pénales avaient été ensuite abandonnées par le parquet de New York, qui avait remis en cause la crédibilité de la femme de chambre, Nafissatou Diallo.

Un accord financier confidentiel, conclu en décembre dernier entre Dominique Strauss-Kahn et son accusatrice, a réglé l'affaire au civil.

Avec dépêches

Première publication : 10/07/2013

  • CINÉMA

    Les premières images de Depardieu dans la peau de DSK

    En savoir plus

  • AFFAIRE DU SOFITEL

    DSK, Diallo et les dessous de la transaction

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Affaire du Sofitel : les avocats américains de DSK négocient

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)