Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

Moyen-orient

Les rebelles syriens rejettent les accusations russes sur l'utilisation de gaz sarin

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2013

Les rebelles syriens accusent Moscou d'avoir "monté de toutes pièces" les preuves selon lesquelles les insurgés ont utilisé des armes chimiques lors d'une attaque menée près d'Alep en mars.

L'Armée syrienne libre (ASL), la principale formation de la rébellion armée syrienne, a rejeté, mercredi 10 juillet, les accusations de Moscou qui avait affirmé la veille avoir la preuve que les rebelles avaient utilisé du gaz sarin. Précisément lors d'une attaque le 19 mars près d'Alep, (Nord).

L'ASL "confirme que les informations de la Russie sur l'utilisation par les révolutionnaires de gaz sarin sont fausses et montées de toute pièce", a affirmé à l'AFP le coordinateur politique et médiatique de la formation, Louay Moqdad.

Après avoir effectué des analyses scientifiques, la Russie a accusé mardi les rebelles syriens d’avoir utilisé des armes chimiques lors de l’attaque sur le site de Khan al-Assal, près d’Alep.

Selon Vitali Tchourkine, ambassadeur russe auprès des Nations unies, les combattants qui luttent contre le régime de Bachar al-Assad ont fait usage de projectile "non guidé", de type "Bachar 3" contenant du gaz sarin.

"Les résultats des analyses montrent clairement que l’équipement utilisé à Khan al-Assal n’a pas été fabriqué de manière industrielle et qu’il a été rempli de sarin", a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, qui a précisé que des experts de son pays s’étaient rendus sur place pour collecter leurs propres échantillons de matériaux.

"Il y a toutes les raisons de croire que ce sont des combattants de l’opposition armée qui ont utilisé des armes chimiques à Khan al-Assal", a-t-il également ajouté en rappelant que cette attaque avait tué 26 personnes, dont 16 soldats syriens.

Les preuves ont été transmises au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un document de 80 pages environ.

Aucune preuve pour les États-Unis

Washington a immédiatement rejeté cette hypothèse. "Nous n'avons encore vu aucune preuve qui appuie cette affirmation selon laquelle quiconque, outre le gouvernement syrien, a la capacité d'utiliser des armes chimiques ou utilise des armes chimiques", a ainsi expliqué le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

De son côté, le gouvernement syrien a demandé une enquête des Nations unies sur cette attaque de Khan al-Assal et a invité, lundi, deux hauts responsables de l’ONU à venir à Damas pour des discussions sur l’utilisation présumée d’’armes chimiques.

D’après le porte-parole des Nations unies, Martin Nesirky, cette invitation est "un pas dans la bonne direction", mais l’ONU insiste pour "obtenir un large accès aux zones qui font l’objet d’accusations".

Le régime syrien refuse en effet que les enquêteurs onusiens travaillent sur d’autres incidents attribués par Londres, Paris et Washington à l’armée syrienne. Ces divergences ont pour l’instant empêché que la mission d’enquête mise en place par l’ONU et dirigée par le Suédois Ake Sellstrom puisse se rendre sur place.

Avec dépêches

Première publication : 10/07/2013

  • LIBAN

    L'attentat au Liban, une réponse à l'implication du Hezbollah en Syrie ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mobilisation pour la libération des journalistes français disparus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Homs et Alep : un objectif militaire, deux stratégies de communication

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)