Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Moyen-orient

Les rebelles syriens rejettent les accusations russes sur l'utilisation de gaz sarin

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2013

Les rebelles syriens accusent Moscou d'avoir "monté de toutes pièces" les preuves selon lesquelles les insurgés ont utilisé des armes chimiques lors d'une attaque menée près d'Alep en mars.

L'Armée syrienne libre (ASL), la principale formation de la rébellion armée syrienne, a rejeté, mercredi 10 juillet, les accusations de Moscou qui avait affirmé la veille avoir la preuve que les rebelles avaient utilisé du gaz sarin. Précisément lors d'une attaque le 19 mars près d'Alep, (Nord).

L'ASL "confirme que les informations de la Russie sur l'utilisation par les révolutionnaires de gaz sarin sont fausses et montées de toute pièce", a affirmé à l'AFP le coordinateur politique et médiatique de la formation, Louay Moqdad.

Après avoir effectué des analyses scientifiques, la Russie a accusé mardi les rebelles syriens d’avoir utilisé des armes chimiques lors de l’attaque sur le site de Khan al-Assal, près d’Alep.

Selon Vitali Tchourkine, ambassadeur russe auprès des Nations unies, les combattants qui luttent contre le régime de Bachar al-Assad ont fait usage de projectile "non guidé", de type "Bachar 3" contenant du gaz sarin.

"Les résultats des analyses montrent clairement que l’équipement utilisé à Khan al-Assal n’a pas été fabriqué de manière industrielle et qu’il a été rempli de sarin", a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, qui a précisé que des experts de son pays s’étaient rendus sur place pour collecter leurs propres échantillons de matériaux.

"Il y a toutes les raisons de croire que ce sont des combattants de l’opposition armée qui ont utilisé des armes chimiques à Khan al-Assal", a-t-il également ajouté en rappelant que cette attaque avait tué 26 personnes, dont 16 soldats syriens.

Les preuves ont été transmises au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un document de 80 pages environ.

Aucune preuve pour les États-Unis

Washington a immédiatement rejeté cette hypothèse. "Nous n'avons encore vu aucune preuve qui appuie cette affirmation selon laquelle quiconque, outre le gouvernement syrien, a la capacité d'utiliser des armes chimiques ou utilise des armes chimiques", a ainsi expliqué le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

De son côté, le gouvernement syrien a demandé une enquête des Nations unies sur cette attaque de Khan al-Assal et a invité, lundi, deux hauts responsables de l’ONU à venir à Damas pour des discussions sur l’utilisation présumée d’’armes chimiques.

D’après le porte-parole des Nations unies, Martin Nesirky, cette invitation est "un pas dans la bonne direction", mais l’ONU insiste pour "obtenir un large accès aux zones qui font l’objet d’accusations".

Le régime syrien refuse en effet que les enquêteurs onusiens travaillent sur d’autres incidents attribués par Londres, Paris et Washington à l’armée syrienne. Ces divergences ont pour l’instant empêché que la mission d’enquête mise en place par l’ONU et dirigée par le Suédois Ake Sellstrom puisse se rendre sur place.

Avec dépêches

Première publication : 10/07/2013

  • LIBAN

    L'attentat au Liban, une réponse à l'implication du Hezbollah en Syrie ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mobilisation pour la libération des journalistes français disparus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Homs et Alep : un objectif militaire, deux stratégies de communication

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)