Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

Les rebelles syriens rejettent les accusations russes sur l'utilisation de gaz sarin

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2013

Les rebelles syriens accusent Moscou d'avoir "monté de toutes pièces" les preuves selon lesquelles les insurgés ont utilisé des armes chimiques lors d'une attaque menée près d'Alep en mars.

L'Armée syrienne libre (ASL), la principale formation de la rébellion armée syrienne, a rejeté, mercredi 10 juillet, les accusations de Moscou qui avait affirmé la veille avoir la preuve que les rebelles avaient utilisé du gaz sarin. Précisément lors d'une attaque le 19 mars près d'Alep, (Nord).

L'ASL "confirme que les informations de la Russie sur l'utilisation par les révolutionnaires de gaz sarin sont fausses et montées de toute pièce", a affirmé à l'AFP le coordinateur politique et médiatique de la formation, Louay Moqdad.

Après avoir effectué des analyses scientifiques, la Russie a accusé mardi les rebelles syriens d’avoir utilisé des armes chimiques lors de l’attaque sur le site de Khan al-Assal, près d’Alep.

Selon Vitali Tchourkine, ambassadeur russe auprès des Nations unies, les combattants qui luttent contre le régime de Bachar al-Assad ont fait usage de projectile "non guidé", de type "Bachar 3" contenant du gaz sarin.

"Les résultats des analyses montrent clairement que l’équipement utilisé à Khan al-Assal n’a pas été fabriqué de manière industrielle et qu’il a été rempli de sarin", a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, qui a précisé que des experts de son pays s’étaient rendus sur place pour collecter leurs propres échantillons de matériaux.

"Il y a toutes les raisons de croire que ce sont des combattants de l’opposition armée qui ont utilisé des armes chimiques à Khan al-Assal", a-t-il également ajouté en rappelant que cette attaque avait tué 26 personnes, dont 16 soldats syriens.

Les preuves ont été transmises au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un document de 80 pages environ.

Aucune preuve pour les États-Unis

Washington a immédiatement rejeté cette hypothèse. "Nous n'avons encore vu aucune preuve qui appuie cette affirmation selon laquelle quiconque, outre le gouvernement syrien, a la capacité d'utiliser des armes chimiques ou utilise des armes chimiques", a ainsi expliqué le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

De son côté, le gouvernement syrien a demandé une enquête des Nations unies sur cette attaque de Khan al-Assal et a invité, lundi, deux hauts responsables de l’ONU à venir à Damas pour des discussions sur l’utilisation présumée d’’armes chimiques.

D’après le porte-parole des Nations unies, Martin Nesirky, cette invitation est "un pas dans la bonne direction", mais l’ONU insiste pour "obtenir un large accès aux zones qui font l’objet d’accusations".

Le régime syrien refuse en effet que les enquêteurs onusiens travaillent sur d’autres incidents attribués par Londres, Paris et Washington à l’armée syrienne. Ces divergences ont pour l’instant empêché que la mission d’enquête mise en place par l’ONU et dirigée par le Suédois Ake Sellstrom puisse se rendre sur place.

Avec dépêches

Première publication : 10/07/2013

  • LIBAN

    L'attentat au Liban, une réponse à l'implication du Hezbollah en Syrie ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mobilisation pour la libération des journalistes français disparus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Homs et Alep : un objectif militaire, deux stratégies de communication

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)