Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Amériques

Boston : "Tsarnaev a plaidé non coupable pour éviter la peine de mort"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 19/07/2013

L’auteur du double attentat de Boston en avril dernier, Djokhar Tsarnaev, a plaidé "non coupable" aux différents chefs d’accusation retenus contre lui. Un choix stratégique décrypté par l’avocat aux barreaux de Paris et de New York, Ron Soffer.

“Non coupable”. Ce sont les deux seuls mots qu’a prononcés Djokhar Tsarnaev, l’auteur du double attentat qui a endeuillé le 15 avril le marathon de Boston, lors de sa première comparution publique au tribunal fédéral de Boston, mercredi 10 juillet. Des mots que l’adolescent musulman d’origine tchétchène a répétés à sept reprises au fur et à mesure que lui ont été signifiés les faits qui lui sont reprochés. Il est notamment accusé "d’utilisation d’une arme de destruction massive ayant causé la mort" et "d’attentat dans un lieu public ayant causé la mort". Au total, il est inculpé de 30 chefs d’accusation, dont 17 sont passibles de la peine de mort. Comment peut-il arriver à prouver son innocence alors que le visage de Djokhar Tsarnaev a été identifié sur des vidéos de surveillance au moment de l’attentat qui a fait trois morts et 264 blessés ? Explication de l’avocat aux barreaux de Paris et de New York, Ron Soffer.

FRANCE  24 : Pourquoi plaider non coupable ?

Ron Soffer : Cette première posture procédurale permet simplement d’ouvrir la voie au procès. Plaider coupable impliquerait qu’il reconnaît les faits et il serait alors directement condamné à la peine de mort. En revanche, plaider non coupable signifie que le gouvernement va devoir prouver la culpabilité de l’accusé. Cela veut dire trouver des témoins - le procureur a prévu de faire comparaître 80 à 100 témoins à charge. Cela va prendre du temps et nécessiter de l’argent, ce qui n’est pas forcément dans l’intérêt du procureur, qui peut alors être ouvert à la négociation avec les avocats de Tsarnaev. Il faut savoir que dans la justice américaine, l’accusé peut plaider coupable à n’importe quel moment de la procédure. On peut donc envisager un accord avec l’avocat de la défense, qui peut accepter de plaider coupable à condition que le procureur ne requière pas la peine de mort.

Est-ce si difficile de prouver la culpabilité de Tsarnaev ?

Ce ne sera pas si facile car lors du procès qui devrait durer plusieurs mois, le jury populaire sera chargé de statuer sur la culpabilité de Tsarnaev à l’unanimité. Et il faut qu’elle soit prouvée au-delà du doute raisonnable (la justice américaine parle de "No reasonnable doubt"), ce qui implique qu’un seul élément de doute peut conduire à l’acquittement. On peut imaginer que l’avocat de la défense axe sa défense sur le fait que ce n’est pas parce qu’on voit Tsarnaev en photo sur le lieu du drame qu’il a forcément commis l’acte. Il n’est pas non plus exclu qu’un membre du jury le trouve sympathique....Si les jurés n’arrivent pas à se mettre d’accord à l’unanimité, un nouveau procès aura lieu, on parle alors de "hung jury".

Si le jury déclare Tsarnaev coupable, sera-t-il alors condamné à mort ?

Non, la procédure judiciaire a lieu en deux temps. En cas de culpabilité, un nouveau mini procès aura lieu devant les mêmes membres du jury populaire. Chaque partie présentera alors ses arguments. Le jury devra alors statuer et prendre sa décision à l’unanimité.

Première publication : 11/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Attentats de Boston : Djokhar Tsarnaev plaide non coupable

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Attentat de Boston : Djokhar Tsarnaev a laissé une confession écrite

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Attentat de Boston : Todashev accuse le FBI d’avoir "fait taire" son fils

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)