Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Mafia japonaise : même les yakuzas ont leur journal

L'emblème du clan Yamaguchi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/07/2013

Les Yamaguchi, le gang mafieux le plus redouté du Japon, vient d’éditer un magazine destiné à chacun de ses 28 000 membres. Cette surprenante opération est élaborée au moment où le Japon se dote d’un arsenal législatif anti-mafia.

Les yakuzas aussi ont leurs moments de doute. Pour remettre du baume au cœur à ses troupes au moral déclinant en ces temps de lutte anti-mafia au Japon, le gang ultra-violent des Yamaguchi, la mafia la plus importante de l’archipel, s’est offert son propre magazine, "Yamaguchi-gumi Shinpo" ("la Gazette du clan Yamaguchi"). L’équipe éditoriale a tout donné pour tenter de détendre le mafieux en crise existentielle : elle a pensé à la rubrique haïku, ces poèmes très courts dont les Nippons sont friands, à la page loisirs agrémentée de jeux de go et de shogi (sorte d’échecs), à la page people montrant plusieurs grandes figures du gang en pleine partie de pêche…

Kenichi Shinoda, le parrain des Yamaguchi, lui-même n’a pas hésité à mettre la main à la pâte. Le personnage le plus redouté de l’organisation criminelle la plus crainte du pays a ainsi pris sa plume pour rédiger un éditorial. Tel un chef d’entreprise en période de crise, il y pousse ses membres à garder le cap tout en concédant certaines difficultés conjoncturelles traversées par l’organisation.

Le gouvernement japonais s’est en effet récemment doté d’un arsenal législatif anti-mafia, qui interdit aux membres de gangs d’ouvrir des comptes en banque et de passer des contrats immobiliers. L’année dernière, l’administration américaine s’y est mise à son tour en gelant les avoirs des Yamaguchi aux États-Unis et en rendant illégaux les contrats qu’ils passeraient sur leur territoire. En 2012, le Trésor américain a chiffré à plusieurs milliards de dollars annuels les gains des Yamaguchi aux États-Unis, principalement engrangés grâce au trafic de drogue, d’êtres humains et aux prêts d’argent.

Crise des vocations chez les mafieux nippons

Bref, les temps sont durs pour les yakuzas. D’autant que les gangs mafieux n’ont plus aussi bonne presse qu’auparavant au Japon : les Yamaguchi viennent en effet de sortir d’une sanglante guerre de territoire impliquant plusieurs autres clans, concentrée principalement sur l’île de Kyushu, dans le sud du pays. Au cours des sept ans qu’a duré le conflit, d’innocents "civils", des gens n’appartenant à aucune organisation criminelle, ont trouvé la mort. Petit à petit, les yakuzas, qui fascinaient autant qu’ils effrayaient, perdent de leur prestige. La preuve : dans les librairies, les mangas qui leurs sont consacrés sont peu à peu relayés au fond des rayons…

Il n’en fallait pas plus pour qu'un autre fléau s'abatte sur l'organisation : une crise des vocations, pour le moins mal venue en ces temps difficiles. Selon la police japonaise, le clan des Yamaguchi a perdu l’année dernière quelque 3 300 membres sur les 28 000 qu’elle compte. Kenichi Shinoda a, à ce titre, profité de sa surprenante tribune pour faire une petite piqûre de rappel - qui sonnerait presque comme un avertissement - aux "membres les plus jeunes du clan" : le respect de la discipline et la loyauté, qui, insiste-t-il, tiennent une large part dans les valeurs fondamentales des yakuzas.

Les huit pages du premier numéro de la "Gazette du clan Yamaguchi" ont été envoyées à chacun des membres de l’organisation. Seul le quotidien "Sankei Shimbun" en a obtenu une copie. Selon les médias japonais, le deuxième numéro devrait sortir "d’ici quelques mois". L’audacieuse opération de management du clan Yamaguchi, si elle ne parvient pas à soigner le vague à l’âme de ses gros bras, aura en tout cas réussi à rappeler son existence au bon souvenir des autorités… et de la presse internationale. 

Première publication : 11/07/2013

  • JAPON

    Le ministre de la Justice démissionne suite à ses liens avec la mafia nippone

    En savoir plus

  • VATICAN

    Le pape Benoît XVI va béatifier un prêtre anti-mafia

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)