Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales: un humour déplacé ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

FRANCE

Vidéo : "Je ne pense pas avoir de problème particulier avec les femmes", affirme DSK

© Capture youtube

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/07/2013

Interrogé sur l'affaire du Sofitel, Dominique Strauss-Kahn a expliqué, dans une interview sur CNN, qu'il n'a pas de "problème particulier avec les femmes". Selon l'ancien directeur du FMI, ce qui s'est passé à New York relevait de la sphère privée.

Dans un entretien accordé à Paris, diffusé mercredi 10 juillet sur la chaîne américaine CNN, Dominique Strauss-Kahn est revenu longuement sur ses démêlés judiciaires et l’affaire du Sofitel de New York.

Il y a deux ans, alors directeur du Fonds monétaire international, il avait été accusé de viol par Nafissatou Diallo, une femme de chambre guinéenne de l'hôtel Sofitel, et avait dû démissionner de son poste.

Interrogé par le journaliste sur son rapport avec les femmes, Dominique Strauss-Khan estime qu’il ne "pensait pas avoir de problème particulier" avec elles, ajoutant toutefois qu’il avait "certainement un problème pour n’avoir pas compris ce que l’on attend d’un homme politique de très haut niveau".

"J’ai fait cette erreur de penser qu’on pouvait avoir une vie publique et une vie privée sans lien entre elles", s’est-il justifié. "J’ai eu tort, parce que les gens n’attendent pas ce genre de comportement hétérodoxe de la part de quelqu’un qui a des responsabilités publiques".

Extrait de l'interview diffusée sur CNN (en anglais non sous-titrée)

"Une affaire privée"

Lors de cette interview, l’ancien ténor du Parti socialiste français s’est une nouvelle fois défendu d’avoir attaqué la femme de chambre : "Quelque chose est arrivé qui relevait de la vie privée et je pense toujours que ce qui s’est passé dans cette chambre d’hôtel relève de la vie privée, à moins qu’un procureur vous dise que vous allez être inculpé pour avoir fait quelque chose et qu’il en ait les preuves".

"Mais quand le procureur vous dit 'ok, finalement, nous n’avons pas de quoi vous inculper', cela veut dire que c’est une affaire privée et personne n’a rien à dire là-dessus", estime-t-il. Deux ans plus tard, M. Strauss -Kahn n’exclu pas l’éventualité d’un coup monté, même s'il n’en a "pas la preuve".

Dominique Strauss Kahn a finalement vu les poursuites pénales contre lui abandonnées par le parquet de New York, qui a remis en cause la crédibilité de Nafissatou Diallo. L’affaire a finalement été réglée au civil par un accord financier confidentiel conclu au mois de décembre.

En 2011, l’ancien directeur du FMI avait finalement dû renoncer à se présenter à l’élection présidentielle française de l'année suivante. Concernant son possible retour sur la scène politique, DSK affirme que "désormais les problèmes de la politique française" sont derrière lui.
"Je travaille de par le monde avec les gouvernements, je suis content d’aider et j’aime cela", résume-t-il.

Avec dépêches

Première publication : 11/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    DSK revient sur les images "terribles" de son arrestation à New York

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire du Carlton : le parquet de Lille requiert un non-lieu en faveur de DSK

    En savoir plus

  • FRANCE

    DSK, un être "mi-homme, mi-cochon" ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)